Tnatum

.::Mutants, voici votre Enfer::.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Thokou Alasdair

Aller en bas 
AuteurMessage
Thokou Alasdair

avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Age : 29
Date d'inscription : 08/06/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): B
Métier (membre du personnel seulement):

MessageSujet: Thokou Alasdair   Dim 8 Juin - 12:22

Allez, hop ^^ Je reprends mon Thokou.
En espérant que cette fois-ci je trouverai quelqu'un avec qui RP :)

J'ai adapté un peu l'histoire de Thokou, j'espère qu'elle passe ^^

(L'avatar viendra quand j'en aurais trouvé un qui me plaît ou quand j'ai eu le temps d'en dessiner un (l'ancien est d'une horreur pas possible -_-")

[]Nom : Alasdair

[]Prénom : Thokou

[]Âge : 17 ans

[]Sexe : :Masculin

[]Race : : Mutant

[]Sexualité : Ne sais jamais poser la question à vrai dire....

[]Nationalité : Irlandais

[]Pouvoirs : Thokou a le pouvoir de s'inflitrer dans les rêves d'autrui. Il est capable d'entrer dans les rêves, d'y participer, de les observer, de les modifier. Il s'agit d'un don qu'il n'a réveillé à une seule et unique personne [voir histoire]. Il se refuge dans des rêves s'ils n'arrivent plus à supporter la réalité. Il ne sait pas bien contrôler ce don dans son entierté, comme il se contente surtout d'observer et d'analyser les rêves.
Il possède également un pouvoir de guérison, étant capable de guérir une petite égratinure ainsi que des blessures plus importantes voir mortels à condition de bien savoir manier ce don, ce qui n'est pas son cas. Il sait uniquement guérir jusqu'à présent des petites blessures et des blessures plus au moins importantes ce qui le fatigue cependant énormement.
Il a peut-être d'autres pouvoirs, mais dans ce cas-là il ne les a pas encore découvert.

[]En fuite ou non?: Non

[]Secteur : B

[]Civils ou non?: Non

[]Métier dans l'établissement : /

[]Physique : Thokou est un garçon d'allure chétif. D'une taille moyenne et d'un teint plutôt pâle, il a des cheveux brun chocolat lui cascadant légèrement jusqu'à la nuque et ses yeux rêveurs d'un vert d'olive profond sont parsemés par quelques tâches dorés. Du genre modeste, il aime des habits simples mais confortables. En bref, Thokou est un garçon qui ne se démarque pas, mais sans pour autant paraître inapperçu. D'extérieur on peut voir un jeune garçon tout à fait ordinaire.

[]Caractère : De son caractère, Thokou est calme et silencieux. Il ne parle pas plus que nécessaire, mais il ne refuse pas non plus une bonne discussion sur un quelconque sujet. Genre discret, il ne se fait pas remarquer, mais il n'est pas introverti. Même si un peu timide, il n'hésite pas à aller vers les autres, à leur tendre une main. Surtout ceux, dont il a l'impression qu'ils manquent de cette chaleur agréable qu'est l'amitié. De nature également curieuse, il n'a pas peur de connaître et essayer des nouvelles choses tant qu'ils sont en accord avec ses principes, pensées et croyances. De part sa nature silencieuse, on pourrait croire qu'on a facilement fait à la soumettre. Mais détrompez-vous ! Dans ses yeux vous pourriez appercevoir une lueur déterminée et une forte envie de vivre. Il n'est pas du genre à faire une révolte, mais si quelque chose ne lui va pas, il ne va pas fermer les yeux quite à en porter les conséquences. Il ne baisse pas les bras et la force qu'il manque dans le physique se retrouve aisément dans son esprit et ses paroles qui peuvent être doux comme tranchants.

[]Histoire : “Ma vie n'a rien d'extraordinaire” vous répondra Thokou si vous le questionnez à ce sujet, “je suis né en Irlande, j'ai grandit à Irlande, parmi la nature, parmi les contes des fées et des elfes”. Pourtant, Thokou mentait. À chaque fois, il devait repenser à une rencontre... rien d'extraordinaire en soit, et il en était convaincu, même si la personne était toute sauf normale. La première chose qui l'avait frappé était sa blancheur. Blanc de la tête jusqu'au pieds, les habits, les cheveux, sa peau. Le seul brin de couleur avait été ses deux yeux d'un bleu azur captivant. Pourtant, il avait l'air d'être un jeune homme de vingt-cinq ans au pire.... Le voyageur était venu dans son village pour se reposer pendant quelques jours. Curieux, Thokou avait approché cet homme duquel se dégageait une aura si douce et bieveillante, un peu hésitant certes, lui posant deux questions qui lui semblait toujourst ridicules, mais il en avait pas trouvé d'autres : “Qui êtes-vous ? D'où venez vous ?”. L'homme l'avait regardé un peu surpris au premier moment, avant que ses lèvres s'était transformées dans un sourire et il se pencha vers le jeune garçon.
- On me nomme Calire, lui dit-il d'une voix qui enchantait le gamin, Calire Weisslicht. Parce que je suis tout blanc, tu vois ?
- Non, répondit Thokou honêtement ce qui laissait échapper un petit rire des lèvres du voyageurs.
- Calire, expliqua-t-il, est un anagrame de clair, avec un “e” de rajouté. Et Weisslicht.... est un nom d'origine germanique qui veut dit “lumière blanche”.
Le petit Thokou le regarda un moment, réflechissant.
- C'est loin, dit-il, l'Allemagne. Vous avez beaucoup voyagé ?
L'homme ne fit qu'hocher la tête. Le petit gamin gloussa d'excitement.
- Dites, Monsieur, dites ! Vous pourriez me raconter vos voyages ! supplia-t-il en regardant Calire avec des grands yeux remplis d'excitement et de rêves, j'aimerai voyager aussi. Connaître tout pleins de choses ! Mais je n'ai que des livres à ma disposition ici...
L'homme riait à nouveau, de bon coeur et lui répondit un “si tu veux” amusé. Depuis ce jour-là, Thokou ne le quittait plus. Ils passaient leur temps ensemble, assis dans la verdure d'Irlande, à se raconter des aventures. Le petit Thokou lui parlait des coutûmes de son pays, des croyances et légendes et il écoutait avec exitation les récits de Calire qui, lui semblait-it, avait fait le tour du monde. Il ne saurait pas expliquer comment, mais en moins de quelques jours, une amitié qui lui semblait indestructible s'était tissée entre lui et cet homme en blanc.
Mais... cet homme... quelque chose... n'allait pas.
- Vous ne dormez jamais, fit le petit Thokou un bon jour quand ils étaient à nouveau seuls dans la verdure.
Calire le regarda un peu surpris.
- Je ne dors pas ? fit-il, comment veux-tu le savoir ?
Il hésitait un moment, mais sa curiosité était plus grande...
- Vous ne rêvez pas, répliqua-t-il, on rêve toujours si on dort.
L'homme en blanc semblait perplexe.
- Je ne vois pas..., avoua-t-il.
Thokou détourna le regard et fixait ses pieds.
- Je sais, fit-il avec de l'hésitation dans sa voix, entrer dans les rêves d'autrui. Si je dors, je peux me ballader dans les rêves des gens du village. S'ils m'appercoivent dans leur rêves, ils vont me dire le lendemain “Thokou ! J'ai rêvé de toi cette nuit !”. Mais vous... je n'ai jamais trouvé vos rêves.
Il garda un moment de silence avant d'ajouter d'une petite voix :
- J'aurais aimé voir ce que vous m'avez raconté. Même si les rêves déformes toujours la vérité.
Calire le regarda d'un regard plutôt étonné avant de sourire.
- Je vois, murmura-t-il, c'est un agréable don que tu as là.
Thokou tirait les genoux à sa poitrine.
- Il parraît, expliqua-t-il, ... il parraît que les gens avec des “pouvoirs” sont mal vus. Qu'on les emène dans un endroit, qu'on les isole du reste du monde. C'est une rumeur. Une légende comme les elfes. Mais je ne vois pas en quoi il est agréable... Surtout si la légende est vraie.
Calire semblait pensif.
- Alors personne n'en est au courant ? demanda-t-il.
Le petit secouait la tête.
- Non. J'ai cru... que vous aussi... vous avez des pouvoir vu que vous ne dormez pas. Non ... ?
Il le regarda avec des grands yeux suppliant. Un “oui”, il voulait entendre un “oui”. Mais tout ce qu'il eut, était un “peut-être” avant que l'homme en blanc ne se lève et part pour l'auberge, laissant Thokou seul derrière lui.
Les jours suivants, ils ne parlaient plus de ce sujet. Calire continuait à lui raconter ses voyages et des histoires plus fabuleuses les unes que les autres qu'il avait entendu au court de son trajet. L'homme en blanc était bien aimé dans le village, ainsi on ne se demandait pas pourquoi il restait si longtemps dans leur petit coin perdu.
- Tu as peur qu'ils viennent te chercher ? demanda Calire une fois, qu'ils viennent te prendre pour cet endroit où ils enferment les gens au pouvoir ?
Thokou garda un moment de silence.
- Je veux découvrir la vie, ma vie, répondit-il, si cet endroit fait parti de ma vie... alors non. Peut-être pas.
Calire lui souriait.
- La vie est quelque chose de fabuleux. Souvent injuste, certes, mais de fabuleux, fit-il, elle vaut la peine d'être vecu.
- Je veux vivre, répliqua Thokou, j'aime la vie.
- Alors peut-être..., murmura l'homme en blanc, j'aurais quelque chose pour toi.
Il le regarda avec ses yeux étonné.
- Un don... pour protéger la vie.
Il le regarda encore plus étonné.
- Un don, continuait-il, qui te permettra de guérir les autres, de les protéger de la mort. Mais... - il marqua une pause – il faut entraîner ce don. Tu ne pourrais jamais guérir plus qu'une égratinure si tu ne l'utilises pas. Tu ne pourrais jamais protéger quelqu'un de la mort si tu n'as pas pris le temps de découvrir ce don, de te familiariser avec lui.
- Donc..., murmura Thokou ayant compris le problème.
- Donc, continua Calire, ce dont est bien plus dur à cacher que ton don à voyager dans les rêves, vu que tu dois l'appliquer dans la réalité.
Il plongeait son regard azur dans celui du jeune garçon.
- Le veux-tu malgré tout ?
Thokou avait l'impression de se perdre dans ce bleu azur...
- Oui, fit-il après un moment, car ce don est une chance.
Calire souriait en murmurant un “bien” et Thokou vit comment une aura blanche s'intensifia autour de l'homme en blanc qui lui laissait légèrement flotter ses cheveux et ses habits. Il posait la main contre la poitrine du jeune garçon et une agréable chaleur l'envahissait.
- Qui êtes-vous ? demanda-t-il quand Calire enlevait sa main.
- ça, murmura-t-il, serait bien trop compliqué à expliquer. On va dire un homme au pouvoir, un “mutant” comme on le dit chez vous, non ? Satisfait ?
- Non, répliqua Thokou honêtement. Il avait comme l'impression qu'il portait maintenant une part de la chaleur de Calire dans son intérieur... bizarre. L'homme en blanc riait.
- Tu peux me faire une promesse ? demanda-t-il.
- Promis, je ne dirais à personne ce que vous êtes ! répliqua Thokou avec un sourire aux lèvres même s'il savait qu'il ne lui dirait rien.
Calire poussa un rire.
- Vit, dit-il, il faut vivre. alors vit. Un jour viendra le moment où tout s'arrêtera, alors vit.
Le jeune garçon le regarda un peu perplexe.
- Promis, dit-il, mais.... pourquoi... ?
- Thokou est un anagramme d'Hokuto, et l'inverse, si on veut, non ?
- C'est vrai qu'il y a les mêmes lettres, fit le jeune garçon, mais je ne suis pas d'origine asiatique...
- Hokuto, continua Calire, te ressemblait. De son physique, de son caractère. Il était pareil. Il était mon petit frère, même si aucun lien de sang ne nous unissait. Il est mort quand il n'avait même pas huit ans. On l'a tué... Alors... ne te fais pas tuer... vit.
Un sourire un peu nostalgique venait s'afficher sur le visage de l'homme. Thokou sentit son coeur se serrer.
- Je le jure, fit-il, je le jure. Je vivrai.
- Je vais partir, dit Calire, je ne peux pas rester ici plus longtemps.
- Pourquoi... voyagez-vous ? articulait Thokou avec peine en entendant cette nouvelle. Cette question qu'il avait demandé le jour de leur rencontre et que Calire n'avait pas répondu.
- Pour mourir, fit-il, mon temps est compté. Ma vie finie, bientôt.
Sa main s'enlissait dans une des poches de sa veste blanche et il en sortit une veille montre accrochée à une chaîne pour la mettre autour du cou. Il la posa dans le main de Thokou.
- Prend-là, dit-il, cette montre detient beaucoup de souvenirs.
Sans dire un moment, le jeune garçon la laissait glisser dans sa poche, la regardant, surpris qu'une telle vieille machine marchait encore. Quand il redressa la tête, Calire avait disparu.
Les jours suivant, Thokou essayait doucement de s'approcher de cette nouvelle chaleur qu'il sentait en lui. Il essayat tout d'abord de guérir quelques plantes amochées. Un aura blanche s'intensifia alors autour de sa main. Ensuite, il essayait des plantes plus grandes et plus blessées, pour ensuite s'attaquer aux animaux. Mais il n'osait pas réellement l'appliquer sur les hommes de son village et vint le jour où il remarqua qu'il savait appliquer parfaitement son sort sur les blessures qu'il avait vu dans la nature... mais les humains, était-ce pareil ?
Quand une petite fille s'était fait mal en tombant, Thokou prenait son courage à deux mains et posa sa main sur le genou blessé de la petite fille. Il remarqua immédiatement que c'était différent des plantes et animaux... il arrivait à la guérir, avec un peu de difficulté, certes, mais il y arrivait. La nouvelle se répandit comme du feu dans le petit village. Bientôt, tout le monde était au courant. Et la chance semblait être du côté de Thokou : On l'aimait bien, et le don n'effrayait personne à première vue. Au contraire, on venait le voir pour qu'il aide à guérir certaines blessures ce qui lui donnait assez d'entraînement pour réussir à guérir parfaitement les petites choses, même si les blessures plus importantes et les maladies lui donnaient du fils à retordre et l'épuisait souvent pour plusieurs jours entiiers où il n'était plus capable de guérir quoique ce soit.



[la suite au prochain message, j'ai dépassé la limite autorisée .... ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thokou Alasdair

avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Age : 29
Date d'inscription : 08/06/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): B
Métier (membre du personnel seulement):

MessageSujet: Re: Thokou Alasdair   Dim 8 Juin - 12:22

Au bout d'un moment, il décida de partir du village pour réalisre ses rêves : Connaître la vie. Il voulait voyager, il voulait voir le monde. Il voulait voir ce que les rêves des villageois ne pouvaient lui montrer. Il partit donc pour la capitale, Dublin. Y arrivé, il fut témoin d'un spectacle qui l'horrifia à un tel point qu'il décidait d'intervenir : On “capturait” un “mutant”, pour l'emmener Dieu-Savait-Où, comme il l'appris alors. Le mutant se débattait de toutes ses forces, les chasseurs ou ce qu'ils étaient, n'hésitaient pas à appliquer les moyens durs contre ce pauvre être vivant.
Thokou serra les poings. Si tous les mutants étaient traités ainsi, il avait fait son choix. Il se détacha du cercle de spectacteurs et s'approcha de la scène.
- Amenez-moi, dit-il aux chasseurs.
Ils le regardaient d'un regard ahuri.
- Amenez-moi à Tnatum, continua-t-il.
- Pourquoi ? crachait l'un d'eux.
Il hésitait un moment. Il pouvait devenir quelqu'un du personnel ? Non... tôt et tard ils allaient savoir pour son don... et vu la manière dont ils avaient traités le pauvre mutant qu'ils avaient attaché...
Il secouait la tête. Son coeur battait à toute vitesse, se demandant s'il avait fait le bon choix. Mais s'était trop tard, après tout. Il s'approchait du mutant et posa sa main sur une blessure qui s'ouvrait sur son bras inférieur. Une aura blanche apparaissait autour d'elle, et quand il enleva la main, la blessure avait disparut, et il semblait épuisé. La blessure avait été plus profonde qu'il n'avait cru....
- Petit fou, fit un des chasseurs de mutants avant de l'attacher lui aussi pour l'amener. Il se laissait faire sans riposter.
Il allait vivre. Il l'avait promis, juré. Et il allait aider les siens, les humains aux pouvoirs à mieux supporter l'enfer qu'on leur avait construit. Ou du moins, il allait essayer. Pour protéger la vie.
“Ma vie n'a rien d'extraordinaire” vous répondra Thokou si vous le questionnez à ce sujet, “je suis né en Irlande, j'ai grandit à Irlande, parmi la nature, parmi les contes des fées et des elfes”.
Et tout en disant cela, sa main cherchait la petite montre dans sa poche gauche de sa veste, et il l'effleurait nostalgiquement.


[Et voilà la fin...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Morrisson
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 288
Age : 28
Date d'inscription : 03/05/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Elle accueille les nouveaux arrivants.

MessageSujet: Re: Thokou Alasdair   Dim 8 Juin - 15:19

Fiche validéeeeeeeeeee ^^
Rebienvenu Thokou! ^^ Si tu veux des Rps, tu peux demander à Warren, du moment que tu ne laisses pas tomber au beau milieu du topic XD Le pauvre n'arrive pas à avoir un Rp qui reste actif lolll XD Enfin, il sera probablement ravi d'avoir quelqu'un avec qui Rp ^^

Sinon, bah, il y a moi ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tnatum-v2.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thokou Alasdair   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thokou Alasdair
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alasdair Nilsen - Une lettre est le portrait de l'âme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tnatum :: Administration :: Les fiches de présentation :: Fiches des mutants du secteur B-
Sauter vers: