Tnatum

.::Mutants, voici votre Enfer::.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)   Sam 29 Aoû - 23:08

[]Nom : Farrimbald
[]Prénom : Shaolan
[]Âge : 25 ans
[]Sexe : Masculin
[]Race : Mutant
[]Sexualité : hétéro
[]Nationalité : Anglaise
[]Pouvoirs :
- Perfect immitation. Perfect immitation est un pouvoir cutané. En effet, au contact cutané d’un quelconque mutant, le jeune homme voit la possibilité de reproduire les pouvoirs de celui qui la touché et ce durant toute une journée avant que les effets se dissipe le lendemain matin. Néanmoins, ce formidable dont n’est jamais utilisé par Shaolan qui ne le contrôle pas du tout. En effet, ce dernier cause de véritable risque pour le jeune mutant car ce genre de contact permet, au mutant touché, de pénétrer dans l’âme de Shaolan et de voir ainsi son passé, ses intentions, ce qui le fait mal, ce qu’il désire oublié, … De plus, l’utilisation de ce pouvoir pompe énormément l’énergie vitale du jeune garçon, engendrant également de forte fièvre et un trouble de la vision,…
- Eau de vie. Shaolan à la faculté de rendre l’eau banal, en un liquide pur ayant d’étrange propriété revigorante. En effet, ce liquide bleuâtre permet de guérir de nombreuse plaie externe lorsqu’on la verse sur la peau. Par contre, lorsqu’on boit le liquide, celui-ci ce voit être beaucoup plus efficace. En effet, ce dernier à la faculté de guérir les hémorragies internes, les organes atrophiés, les maladies, les os fracturés, la fièvre et joue également le rôle d’antidote, de sérum et d’anti-douleur. Pour terminer, l’inhalation du liquide rend au corps un véritable aplomb à celui qui l’a bu. Condition : il faut obligatoirement de l’eau pour que Shaolan puisse réalisé son pouvoir.
- Force psychique. Shaolan est doté d’un puissant psychisme mais pour pouvoir le mettre à bien, le jeune homme est obligé d’avoir un contact visuelle avec l’objet qu’il désire faire l’évité où l’être qu’il désire contrôler. Objet : Shaolan peut faire lévite n’importe quel objet dans les airs. Néanmoins, cela pompe une partie de son énergie vitale et cela s’accentue au plus l’objet est gros ou imposant. Être vivant : Grâce à son psychisme, Shaolan a également la faculté de contrôler le corps d’un être vivant mais cela engendre une autre complication que celle des objets. En effet, pour pouvoir prendre possession du corps en question, le jeune homme doit croiser le regard de celui qu’il désire posséder. De plus, lorsque la victime est sous le contrôle de Shaolan, ce dernier se trouve être sans défense face à une attaque externe. Pour pouvoir évité un quelconque attaque lors du contrôle psychique, le jeune homme doit rompre le contact libérant ainsi sa victime. Protection : Enfin, ce pouvoir à pour dernière faculté de se défendre face aux attaque mentale ou psychique que son ennemi pourrait lui causer.
- Contrôle osseux. Le dernier pouvoir de Shaolan est de pouvoir utilisé ses os comme arme offensif et défensif. En effet, le jeune homme parvient à extraire ses os de son corps et à les modeler en des armes tranchante bonne à tué, ou en bouclier aussi résistant que l’acier. Sabre Radius : Shaolan fait ressortir, de chacune de ses paumes, ses radius, leurs faisant prendre la forme de deux sabres tranchant. Défense épineuse : Le jeune homme fait ressortir, de tout côté, ses os, devenant aussi dangereux que la défense d’un porc-épic. Cette technique est également efficace en ce qui concerne l’attaque. En effet, elle permet à Shaolan de porter des coups physique tout en ayant la possibilité de réalisé des plaies à l’aide de ses os présent sur ses bras et ses jambes. Humérus à deux main : Shaolan extrait de son épaule son humérus lui faisant prendre la forme d’une épée à deux main. Lourde et difficile à manié, cette arme osseux est cependant aussi tranchant qu’une lame de rasoir. Fouet osseux : Shaolan extrait une partie de sa colonne vertébrale, l’utilisant par la suite comme un fouet qu’il s’est allongé à sa guise.
[]En fuite ou non?: Non
[]Secteur : /
[]Civils ou non?: Non
[]Métier dans l'établissement : Scientifique
[]Physique :
- Cheveux : Shaolan a hériter des cheveux noir de jet et lisse de sa mère auquel, au cour des ans, il n’a jamais vraiment fait attention. Ainsi, le jeune garçon les a laisser pousser sans trop se soucier de l’apparence que cela pouvait lui donné. A 24 ans, le jeune homme voit s’est cheveux en bataille, dont une partie retombe jusqu’au niveau de ses yeux et l’autre jusqu'à ses omoplates. Shaolan prit l’habitude d’attacher ses cheveux en queue de cheval à l’aide d’un simple bout de tissu noir afin que ces derniers ne le dérange pas lorsqu’il entreprend des combat où encore lors d’opération scientifique.
- Visage : Mince et froid, le visage blanchâtre de Shaolan à prit au fil du temps des traits ferme et sérieux auquel s’affiche rarement un sourire… Possédant des sourcils aussi noir que ses cheveux, le jeune homme se voit également attribué un nez fin et des oreille d’elfe, ces dernière étant caché par une partie de ses cheveux en bataille. La bouche tout aussi fine que son nez, Shaolan possède cependant de magnifique yeux jaune mêlé au vert, ces derniers étant l’élément de son visage les plus voyant. Ces yeux perçant possède également de fines pupilles verticale, quasi inexistante, tel les yeux d’un serpent.
- Corps : Possédant une faible carrure et un corps assez mince, Shaolan se voit cependant doté d’une forte musculature qu’il a forgé au fil des ans. Cependant, ces muscles, caché sous ses vêtements, sont difficile a être imaginé lorsqu’on voit les bras et les jambes fines du jeune garçons.
- Vêtements : Shaolan porte la plus part du temps un T-shirt noir, sans manche, en soie, doté d’un col s’arrêtant au niveau de son visage auquel s’accompagne une dorure aux extrémité et dont le mutant l’accompagne d’une grande écharpe de même ton, qui recouvre la totalité de sa gorge et s’arrête au niveau du torse. Les bras minces du jeune garçon sont toujours recouvert de long gant, couleur ébène, qui s’arrêtent un peu avant l’épaule et dont l’extrémité est entouré d’or. Ceux-ci sont en loin utilisé pour le look mais plutôt pour évité de rentré en contact cutané avec autrui. Pour ce qui est du reste, Shaolan porte une sorte de jeans noir, aux tissu fin, accompagné d’un ceinture de même couleur.
[]Caractère :
De tempérament plutôt neutre, Shaolan ne cherche pas les conflits où encore le contact avec les autres. Son seul objectif est le savoir. De nature intelligente, le jeune garçon se voit également doté d’une grande patience dont peut on la possibilité de troubler. D’un tempérament humble et loyal, Shaolan accomplit généralement très souvent les attendent que l’on veut de lui, particulièrement au sein de son métier. Dans son travail, le jeune homme est quelqu’un de précis et calme, se laissant rarement prendre par l’énervement et terminant son objectif jusqu’au bout quelque soit les inconvénients qu’y se dresse devant lui. Cependant, malgré son côté renfermé et son visage de glace, le jeune homme n’est pas pour autant insensible. Etant un mutant lui même, bien qu’il refuse de l’admettre, Shoalan a très souvent des remords lorsqu’il réalise des expériences où son cobaye doit souffrir… Ainsi, il espère pouvoir se racheté en utilisant ses connaissance pour aider ceux qui sont dans les ennuis même si cela doit lui en coûter des réprimandes. Enfin, bien que de nature neutre, Shaolan ne décline jamais un défis et est prêt se défendre lorsqu’on ne lui en laisse pas le choix…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)   Sam 29 Aoû - 23:17

[]Histoire :

Chapitre I : une vie acceptée


Londres… Centre d’un pays entouré d’eaux salée et dont la folie est parfois au rendez vous, y compris les événements les plus impensable qui ne peut que sortir de notre imagination! En effet, c’est en ces lieux, non loin de la réputé Big Ben, qu’un être à l’allure étrange vit le jour… En cette soirée d’hiver, la ville était recouverte d’une intense brume, rendant les pavées humide presque invisible. La ville ensommeillé et calme vit soudain son silence disparaître lorsque le grand Ben sonna les douze coups de minuit. Alors que les rues sombres ne laissait pas âme qui vive, et que les maisons disparaissaient dans les ténèbres, une lueur orange pénétrait difficilement le brouillard environnant. Cette luminosité fantomatique provenait d’une petite maison, coincé entre deux bulding, composé de vieil brique usé par le temps. La façade présentait trois fenêtre et une porte en bois de chêne défraîchi par le temps. Sur la droite de cette dernière se trouvait un petit écriteaux en argent sur lequel était écrit, en lettre noir, « Cabinet du Docteur Edwards Farrimbald ». Les Farrimbald étaient une famille purement anglaise, et ce depuis des générations. Edwards Farimbald, bien avant de s’installer à Londres, avait suivit, durant toute sa jeunesse, des études d’infirmier à la prestigieuse école d’Oxford avant de connaître sa femme, Cécilia, où il décida alors de se diriger plus vers médecin conseil. Lorsque tout deux eurent finit leurs études, il décidèrent de monter un cabinet ensemble. En ce soir sinistre, le jeune Edwards assistait sa femme pour pouvoir mettre au monde son première enfant. Mais l’opération ne se déroulait pas comme le voulait le jeune homme au visage creusé de ride par le temps et aux cheveux ébouriffés d’un ton orangé. En effet, sa femme perdait énormément de sang, alors qu’il restait encore tout le corps du nouveau né à extraire du ventre de sa mère. Le jeune docteur demanda encore une fois à sa femme de réunir tout ses effort afin qu’il puisse faire venir leur enfant dans le monde. Cécilia suivit les ordres de son mari, et dans son dernière effort, la femme réussit à faire entré son enfant dans le domaine des hommes. Le médecin conseil de Londres essuya rapidement son fils avant de le mettre dans un drap chaud, en essayant de faire le moins attention possible à ces étranges ailes présent dans le dos du bébé. Approchant le nouveau née auprès de sa femme, Edwards remarqua avec terreur que cette dernière ne faisait plus un geste. Baignant dans sa sueur, le jeune Cécilia avait donné sa vie pour pouvoir mettre au monde la chose qu’elle désirait tant. Mélangé entre le chagrin et le bonheur, le jeune docteur regarda une nouvelle fois sont fils en faisant cette fois un peu plus attention à ces ailes qui ne devait pas être présent chez un être humain normalement constitué… Cependant, malgré cette différence, le nouveau père sourit fébrilement en laissant échappé de sa voix rauque et tremblante : « on saura se débrouillé ».

Trois jours après sa naissance, le jeune Shaolan, ainsi nommé par son père, dû assisté à l’enterrement de sa mère dont la messe fut baignée par ses pleurs. La famille vint voir Edwards peu après la cérémonie d’adieux. Le cabinet était fermé toute la journée afin que le docteur puisse s’occupé de ses hôtes. Malheureusement la bienvenu fut quelque peu douloureuse. Toute la famille essaya de faire comprendre à Edwards que cet « chose » issu du corps de Cécilia était différent et qu’il fallait sans débarrassé sous peine d’être mal vue par la communauté. Mais le jeune homme fit la sourde oreille et préférait subir la foudre du monde entier plutôt que d’abandonné ce que lui avait légué sa femme avant de mourir. Peu après cet incident, toute la famille Farrimbald, ainsi que celle de Cécilia, coupèrent les ponts avec Edwards… Ce dernier fit fermé son cabinet et accorda tout son temps à l’éducation de son fils. Disposant d’une assez grosse somme d’argent en plus de l’assurance vie de sa femme, Edwards ne manquait de rien en ce qui concernait de quoi vivre. Etant docteur, le jeune homme n’eu pas difficile en ce qui concernait l’attitude à prendre avec un nourrisson. Ainsi, le jeune Shaolan fut nourrit et bordé tel qu’une mère l’aurait fait avec son enfant. Edwards transforma également son cabinet médical en chambre pour bébé afin de donné à son fils tout le confort dont il avait besoin. Shaolan grandit ainsi, entouré de jouet en tout genre et disposant de tout l’amour qu’un nouveau née devait avoir, malgré sa différence.

Chapitre II : Une réalité toujours présente


Le jeune Shaolan grandissait chaque jour un peu plus et sa différence fut très vite connu par les habitants de Londres. Malgré de nombreuse réticence, cela n’empêchait pas l’ancien docteur à se caché de la vue d’autrui. Toujours bercé par l’amour de son père, le jeune Shaolan atteignit ses six ans et était prêt pour entreprendre l’école. Bien que le vieil Edwards était assez réticent pour laissé volé de ses propres ailes son unique fils, il ne put interdire l’idée de ne pas donner un enseignement scolaire à son petit garçon. Ainsi, lors de la rentrée, le vieil homme l’inscrivit à l’école du quartier. Ce jour fut sans doute le premier où le jeune Shaolan subit l’hostilité d’être différent. Dès le début de la journée, garçons et filles le fixèrent comme si il était un parasite, un microbe et tous s’écartait de son chemin comme si le jeune mutant était contagieux d’une maladie incurable. Lorsque les cours commencèrent, les professeurs ne se comportaient pas de la même manière envers la personne de Shaolan. Ils lui lancèrent, dès qu’ils en avaient l’occasion, des regards de dégoût comme si s’était un insecte bon à écraser et aucun de ses professeurs acceptaient de lui donné la parole pour annoncé une réponse posé à la suite d’une question. L’année passait ainsi sans que le jeune garçon ne disent mot à son père. Shaolan préférait encaissé plutôt que d’embêté son père, qu’il estimait déjà avoir assez d’ennuis avec les gens du quartier. Pour ce qui était de l’enseignement en lui même, le jeune mutant n’était pas trop mauvais. Il avait le maximum en ce qui concernait les mathématiques et les sciences mais avait un peu plus de mal avec le français. Ses années de primaire s’écoulaient au fil des ans et bien que le jeune garçon encaissait chaque années les regards hostiles de ses camarades, jamais il éprouva un dégoût envers l’enseignement, bien au contraire. Néanmoins, durant sa sixième et dernière années primaire, alors que l’esprit se développe pour se préparer à enseignement plus philosophique, les jeunes se mirent à insulter Shaolan contrairement aux autres années et à le persécuter dans diverses endroits de l’école rendant presque sa vie insupportable. Un soir, alors qu’il rentrait en pleur, son père l’appela auprès de lui afin de comprendre la cause de ce gros chagrin. Le jeune garçon expliqua alors ce qu’ils subissait depuis les six années après avoir été inscrit à l’école : les regard de dégoût, les répulsion, le non respect, les insultes et encore d’autre événement qui causa beaucoup de douleur dans le vieux cœur d’Edwards. Ayant terminé son récit, le calme s’installa au sein de l’ancien cabinet de consultation. Fixant son père dont les yeux était étrangement lumineux, Shaolan posa la question que le vieil Edwards redoutait depuis temps d’année « Père, pourquoi est ce que je suis différent ? ». Fixant toujours son fils du fond des yeux, l’ancien docteur se mit à réciter les mots suivant :

Tu n’es pas différent mon fils, seulement, notre seigneur t’a accorder un don formidable qui te fait ressortir des êtres banaux etl qui sont jaloux de ce merveilleux don. Ta mère en te donnant naissance, à du perdre sa vie pour mettre au monde le formidable être que tu es à présent mais, à force d’y pensé, j’ai comprit que s’était normal de prendre une vie pour offrir un si magnifique présent à un être tel que moi. Tu es bénit des dieux mon fils, les êtres des cieux ton doté de leur magnifique dont qui n’est autre que de pouvoir voler…Bon nombre de nos ancêtres ont espéré pouvoir survolé les cieux pour contempler notre monde d’en haut. Voilà pourquoi les autres se comporte ainsi avec toi, parce qu’ils sont jaloux, et non parce que tu es différent…Tu devrait être fier de te différencié des autres Shaolan et non prier pour être un être banal comme nous.

Fixant son père d’un être perplexe, Shaolan n’acceptaient pas d’entrevoir sa différence ainsi. Pour lui, ces ailes mi blanche mi sombre étaient tout simplement des freins qui ne lui permettaient pas de vivre comme un enfant normal de son âge… Remontant dans sa chambre après avoir esquissé un petit sourire pour rassurer son père, Shaolan se coucha dans son lit, fixant le plafond blanc de sa chambre. Bien que l’histoire de son père ne l’ai pas du tout convaincu, Shaolan avait cependant un once d’espoir au fond de lui. En effet, après ces vacances d’été, il allait enfin rentré en secondaire et il était certain qu’on allait le traité comme un étudiant normal…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)   Sam 29 Aoû - 23:18

Chapitre III : Une différence refusée…


Le moi d’août atteignait son milieu et la ville de Londres voyait ses pavée gris étincelé à la lueur du soleil. Durant ces vacances scolaire, le jeune Shaolan avait fort réfléchit à ce qu’il aurait aimé suivre comme option une fois qu’il serait en secondaire. Il hésitait à prendre le français, afin d’amélioré ses lacune dans ce domaine, ou bien de commencé directement les science/math dans lesquelles le jeune homme était excellent. Néanmoins les vacances était fort mouvementé avec son père et Shaolan avait rarement le temps pour s’accorder une journée entière afin de bien réfléchir à la question. L’autre moitié du mois d’août passa cependant à une vitesse surprenante, bien plus vite que ne l’aurait souhaité le jeune adolescent. Le jour du premier septembre, alors que le jeune Shaolan était dans le bureau d’inscription de l’école, ce dernier fixa la feuille qu’il devait complété toujours hésitant au point de vue de son option. Après quelque minutes de réflexion, le jeune mutant cocha la case « science/math » avant de signer le formulaire d’inscription et de le rendre à la directrice. Ce même jour, avant d’allé se couché, Shaolan était impatient de débuté cette nouvelle partie de sa vie.

Cependant, cette journée du deux septembre ressembla étrangement à celle que le jeune Shaolan avait du subir lors de son premier jour d’école. De plus, les propos des adolescents était bien plus blessant que lors de son jeune âges. Le comportement de leur parents s’étant imprimé dans la mémoire de leurs enfants, les actes de ces derniers reflétaient la haine qu’avait les habitants de Londres envers le jeune mutant. Triste et abattu, Shaolan se referma sur lui même en ce concentrant uniquement sur ses cours tout en maudissant ce Dieu qui lui avait confié un si lourd fardeau. Néanmoins, au fil des années, Shaolan rencontra diverse professeur qui se fichait bien de cette différence mais s’intéressait fortement au note qu’il présentait. Bon nombre d’enseignant, en voyant ses magnifique résultat en science, lui conseillait, en quatrième secondaire seulement, de porter son attention sur les recherches scientifiques. Même les élèves s’étaient arrêté de l’harceler suites aux faibles réactions que présentait Shaolan. Ayant un statut d’égalité aux yeux de certains enseignants, cela suffisait largement au jeune adolescent pour être heureux. En effet, savoir que le monde entier n’était pas contre lui le motivait à faire ses preuves dans la vie.

Ce faible bonheur dura deux ans, jusqu’à ses sixième secondaire où un triste événement fit comprendre que l’apparence du jeune Shaolan n’était pas l’unique chose qui était différent en lui. C’était le dernier examen, celui de mathématique… Alors que la minuterie faisait cliqueté ses dernières secondes, Shaolan avait enfin terminé de relire sa copie dans laquelle aucune faute ne lui était apparut. Le calme disparaissant après un grand « dring », le jeune mutant s’empressa de remettre sa copie avant de sortir à l’air libre et de repensé à ces deux semaines difficiles. Tout en marchant en direction du bercail, Shaolan réfléchissait sur les diverses branches qu’il avait réussi et celles qu’il aurait la possibilité d’avoir en deuxième session. Plongé dans ses rêves, le jeune homme, âgé de ses 17 ans, se heurta violemment contre quelque chose qui le fit chanceler avant de tomber à terre. Reprenant ses esprits, Shaolan se vit être entouré par cinq élève de la classe qui l’observaient avec dédain, tandis que de autre faisait craquer leur point affichant un étrange sourire au coin de leur lèvre. Brisant le calme, l’un d’eux se mit à s’écrier tout repoussant le jeune mutant à terre « Reste au sol… On a besoins de passé nos nerfs sur une chose comme toi après ce stress de deux semaine ». Shaolan comprit que ce n’était pas pour cette raison que cette bande était sur le point de le tabassé mais dans un élan de courage, l’adolescent se releva du sol avant de forcer le passage. Sans s’y attendre, plusieurs poings se mit à foncer dans sa direction avant de sentir diverses douleurs au niveau du ventre et de la tête. Se retrouvant une nouvelle fois à terre, Shaolan subit de multiple coup de pied au niveau de ses reins et de sa tête tout en sentant également une étrange colère monté en lui. « Arrêté… ». Les jeunes s’abstinrent de poursuivre les coups afin de se bidonner des faibles mots du mutant, afin de bien faire comprendre que ce n’était pas à lui de décider quand cette partie de plaisir allait se terminé. Fixant de ses yeux jaunes le meneur de la bande, ce dernier ce vit être soulevé au dessus du sol avant d’être projeter violemment sur le capot d’une voiture, se fracassant la tête contre le pare brise qui éclata sous le choc. Abasourdi parce qu’il venait de se produire, Shaolan fixait la foule qui s’était regroupé autour de la victime avant de se rendre compte, peu après, les diverse regard furieux qui se pointait sur lui… « Je ne voulais pas… Je ne voulais pas… Ces… Je… ». Les Londoniens coupèrent la parole au jeune garçon afin de pouvoir le traité de « tueur » ou d’ « assassin ». Prit par la panique, Shaolan se mit à courir en direction d’une petite ruelle avant de retrouver le chemin de la maison.

La porte de l’ancien cabinet s’ouvrit violemment, saisissant le vieil Edwards qui était en pleine lecture. Voyant l’état de détresse de son fils, le vieil homme accoura auprès de lui afin d’écouter ce qu’il s’était produit pour avoir mit le jeune mutant dans cet état. Shaolan raconta d’une voix rapide et tremblante les derniers évènements qui s’était déroulé avant de s’être retrouvé ici. Une fois le récit terminé, l’adolescent regarda son père avec frayeur. Edwards, d’habitude si calme, afficha sans crainte sur son visage, la peur qui s’était installé en lui en entendant l’histoire de son fils. Sans dire mot, le vieux père prit un sac dans une armoire avant de le remplir de diverses objets et vêtements avant de rompre le silence effrayant qui s’était installé « Il faut que tu t’en aille Shaolan… Tu doit comprendre que les Londoniens n’accepterons pas de laisser passé sa et ce même si tu es mineur… De plus, je ne pense pas que le procès qui s’ensuivra sera équitable à cause de ta diff… ». Posant enfin son regard sur son fils apeuré, le vieil homme s’agenouilla, essayant de resté calme. « Ecoute moi, je connais un ancien ami qui pourra t’aidé… Cependant, il habite à Tokyo, au Japon. Ce que l’on va faire à l’instant présent, s’est de vite te conduire à l’aéroport afin de t’éloigné de cette maudite ville mais il faut faire vite… ». Suite à son monologue, le vieil homme prit une feuille de papier et un bic avant d’écrire dessus un texte qui dura bien cinq minute. Lorsque Edwards déposa le bic et mit le morceau de papier dans la poche de Shaolan, il tira se dernier par la manche avant de sortir de l’ancien cabinet. En vitesse, tout deux s’installèrent dans la voiture avant de faire démarrer le moteur et de prendre la direction de l’aéroport. Le trajet dura vingt minute, dès que les deux hommes sortirent de l’auto, Edwards s’empressa d’emmené Shaolan à l’intérieur avant de regarder le panneau d’affichage qui présentait en lettre jaune « Tokyo – 21 :30 ». Le vieil homme regarda sa montre sur laquelle les aiguilles présentait les chiffres 20 et 30 avant de se diriger à l’accueil et de prendre un unique billet. Edwards demanda à son fils de s’asseoir avant de se diriger à une cabine téléphonique. Shaolan, n’entendant pas la conversation, essaya alors de se clamer, se disant que cela n’était qu’un mauvais rêve et que tout cela allait se terminer lorsqu’il rouvrira les yeux. Malheureusement, le sol au pavé bleue était toujours bien présent lorsque le jeune mutant rouvrit les yeux… Alors qu’il reposa son regard vers la cabine téléphonique où se trouvait son père, ce dernier n’était plus présent. Repris par la panique, Shaolan regarda autour de lui mais se fut le remous ménage qui s’entendait non loin de l’entrée qui fit savoir où se trouvait le vieil Edwards. Ce dernier se débattait avec trois agents de police qui le menaçaient de l’emmené au poste si il n’avouait pas où il avait caché son fils. Se débattant dans tout les sens et faisant le plus de bruit que possible, l’ancien docteur faisait tout pour que la police ne balaye pas du regard l’aéroport sous peine de repéré les grande ailes de son fils… Tout en étant battu par les matraque, l’ancien docteur rassemblait ses force pour crié « PART, PART ». Fixant de ces yeux jaunes la scène qui dura encore quelque minute avant que son père disparaisse dans une voiture de police, le jeune mutant resta figé, comme paralysé suite à l’action qui s’était produite quelque minutes auparavant.

Le silence qui s’était installé, fut troublé par une voix de femmes qui résonna dans l’aéroport annonçant que l’avion pour Tokyo partira dans trente minute. Reprenant conscience, Shaolan remarqua que diverse personne l’observèrent. Anéanti par la tristesse mais ne voulant pas décevoir les derniers ordres de son père, Shaolan prit la direction des couloir pour rejoindre l’avion. De nombreux sentiment défilèrent au sein de son corps. La tristesse fit place à la déception qui elle même disparut pour que s’installe la haine. La haine envers lui même… C’était à cause de sa différence que tout cela s’était produit, s’était à cause de ces foutu ailes que tout le monde le prenait pour quelqu’un de différent. Prit par un sentiment de fureur, Shaolan bifurqua alors vers les toilettes afin de se calmer un peu. Lorsqu’il entra, un miroir prenant toute la largeur du mur reflétait son corps frêle et son visage miné par la tristesse… Ses yeux se posèrent alors sur ses ailes et prit par une pulsion de fureur, le jeune mutant se mit à tiré dessus. « JE NE VEUT PAS DE CE FOUTU DON, JE M’EN FOU D’ÊTRE SOIT DISANT ELU PAR LES DIEUX… JE VEUX ÊTRE NORMAL… NORMAL… ». Tout en tirant de toute ses forces, Shaolan avait l’impression que ses omoplates allait explosé. Dans un dernier effort, un horrible craquement se fit entendre avant que le cri perçant de douleur du jeune mutant résonne dans les toilettes déserte. Attendant que la douleur se dissipe, Shaolan rouvrit les yeux qui se posèrent sur les deux ailes se trouvant à présent chacune dans une de ses mains avant de les lâcher. Le sang coulait abondamment au niveau des omoplates du jeune garçon qui ne tarda pas à y verser de l’eau. Bizarrement, l’eau se mit à prendre un teint bleuâtre au contact des main de Shaolan et lorsque ce dernier les versa sur ses omoplates, les plaies disparurent instantanément.

Lorsqu’il sortit des toilettes, deux vigiles était sur le point d’y entré, le visage affichant une grande crainte. Shaolan, dont le teint de peau avait prit une effrayante couleur blanche, assura les deux hommes qu’il s’était tout simplement cogné la tête sur le lavabo en glissant sur de l’eau. Ne laissant pas le temps aux vigiles de réfléchir à ses paroles, Shaolan leur dit qu’il devait absolument prendre son vol pour Tokyo car il ne restait plus que cinq minute. Une fois dans l’avion, la fatigue prit soudain le jeune garçon qui tomba dans un profond sommeil jusqu’à l’arrivé. A Tokyo, un vieil homme réveilla Shaolan qui se demandait d’abord où est ce qu’il se trouvait. Prit par une grande déprime en se souvenant de tout ce qui s’était produit, l’adolescent remercia le vieil homme avant d’entré dans l’aéroport et d’allé cherché son sac sur les tapis roulant. Au sein de l’établissement, le jeune garçon fut assez troublé de voir un second vieil homme, au cheveux grisonnant et portant un chapeau à l’allure miteux. Ce dernier tenait dans sa main droite une pancarte sur laquelle était écrit « Shaolan Farrimbald ». Se rapprochant, Shaolan prit la parole en essayant de couvrir le bruit de fond qui régnait au sein de l’aéroport « Je suis Shaolan ». Le vieil homme baissa les yeux au sol avant d’arrêté son regard sur le jeune mutant. Esquissant un sourire, l’homme lui tendit la main « Enchanté Shaolan, je me nome Naku, ton père m’a téléphoné peu avant ton arrivé et m’a dit qu’il avait tout écrit dans une lettre, la raison de me dérangé si tard ». Se souvenant du bout de papier qui était dans sa poche, le jeune garçon prit la lettre avant de la confié au vieil homme. Sur le papier blanchâtre se trouvait quelque ligne qui annonçait :

« Salut mon amis ! Je suis désolé de te l’annoncé ainsi mais je voudrait que tu prennes sous ton aile mon fils durant quelque temps. J’ai quelque problème d’argent et je compte rouvrir mon cabinet pour pouvoir me tirer de ce guêpier. Shaolan devait normalement rentrer à l’université après les vacances mais mes moyen financier ne le permettait pas, pourrait tu donc arrangé tout sa et je te rembourserait tout ce que je te devrait par la suite, bien entendu !
Bien à toi,

Edwards. »

Le vieux Naku enleva son chapeau avant de posé son regard bleutée sur le jeune adolescent « Qu’est ce que ton père sait mal mentir… Allez vient ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)   Sam 29 Aoû - 23:20

Chapitre IV : A la recherche de la connaissance.


Durant ses six années d’université, Shaolan avait vécu auprès de Naku qui habitait un petit appartement non loin de son bureau d’avocat. Le jeune mutant, grâce au bon moyen financier de son tuteur, a su suivre des études d’ingénieur en Biologie au sein d’une grande université de Tokyo. Shaolan ayant obtenu dans toute ses branches la note « Exceptionnelle » se vit être demandé par diverse entreprise lors de sa sortie. Le temps avait modifié fortement le corps du jeune homme, lui offrant une belle musculature ainsi qu’un visage plus carré par rapport à son visage d’ange présent durant ses années secondaires. Dans l’ombre, Shaolan a également développé différents pouvoirs, particulièrement celui de soin, qu’il avait découvert pour la première fois dans les toilettes d’un aéroport, ainsi que son psychisme, dont il comprit les fonctions bien plus tard dans ses années universitaire. Pour ce qui était de son père, il avait reçu, lors de sa quatrième années d’université, une lettre lui annonçant qu’il était décédé suite à un arrêt cardiaque.

Agée à présent de ses 23 ans, le jeune homme avait quitté son tuteur et avait trouvé un petit appartement dans la ville d’Osaka. C’est en ces lieux que son passé douloureux le rattrapa. L’horloge affichait midi et le facteur n’était toujours pas passé. Vérifiant une dernière fois sa boite mail, Shaolan se leva avec le désespoir de ne jamais trouvé un travail qui le conviendrait. Se dirigeant dans la cuisine d’un pas lasse, le jeune homme entendit enfin le cliquetis de sa boite aux lettres. Se dirigeant avec une légère impatience vers le couloir de l’appartement, Shaolan ramassa les cinq courrier qui se trouvait sur son tapis en laine avant de retourné dans le salon. Les trois première lettres n’était que de simple facture à payer alors que la quatrième était encore une fois une demande de la GSK pour que le jeune homme vienne travailler au sein de leur établissement. La dernière lettre laissa cependant place à l’inquiétude lorsque Shaolan parcourait les nombreuses lignes :

Institut universitaire d’Oxford

Cher Monsieur Farrimbald,
Notre établissement s’est fort attarder sur votre acceptation à notre poste de recherche sur les êtres génétiquement atrophié, communément appelé « Mutant ». Nous avons en ce jour le plaisir de vous annoncer que ce poste est à présent disponible à votre personne. Nous aimerions beaucoup que votre connaissance nous éclair un peu sur le comportement de ces êtres si différent et incompris…Dans le cas où vous refuseriez, nous seront dans la triste obligation de vous dénoncer à la police pour le déplorable événement qui s’est déroulé lors de vos 17 ans…
En espérant vous voir très bientôt, nous vous envoyons nos considération les plus distinguée.


Relisant plusieurs fois la lettre, Shaolan se demandais bien comment se faisait-il qu’on ai put le retrouvé. Depuis qu’il s’était trouvé à Tokyo, le jeune homme n’avait utilisé que le nom de son tuteur pour remplir les différents formulaire d’identification… Relisant plusieurs fois la lettre, le jeune mutant découvrit que celle-ci était accompagné d’un ticket d’avion, daté en ce jour et dont la destination était Oxford… Ne se laissant pas prendre par la panique plus longtemps, Shaolan estimait que cela pouvait être intéressant d’accepter ce poste. Après tout ce dernier rentrait dans les critères d’attente du jeune homme : « Savoir la raison pour laquelle des êtres « différent » existait en ce monde ». Sans plus tarder, Shaolan prépara sa valise prenant seulement le strict nécessaire.

Un taxi l’avait conduit jusqu’à l’aéroport de Tokyo. Arrivé à l’accueil, Shaolan ne tarda pas à se rendre sur le quai d’embarquement afin de s’installé au plus vite. Confiant son ticket à l’hôtesse de l’air, la demoiselle l’emmena dans le compartiment « première classe ». En ces lieux se trouvait une seul personne au cheveux coiffé comme un véritable homme d’affaire et dont les yeux marron se posèrent immédiatement sur Shaolan lorsque ce dernier fit son entrée. « Je savais que vous seriez au rendez-vous, Monsieur Farrimbald. Asseyez-vous, je vous en prie ». L’homme à l’allure d’homme d’affaire se nommait Richard et n’était autre que le nouveau directeur d’Oxford. Durant le vol, ce dernier lui expliqua clairement la signification de cet étrange poste.

« Nous avons eu la chance de capturé un véritable mutant en parfaite santé et sans que les autorités ne le sache en plus. S’est la première fois qu’un tel événement s’offre à nous ! La chance de pouvoir comprendre des êtres tel que vous. Mais pour cela, j’avais besoins d’un biologiste qui avait absolument l’envie de savoir l’origine de ces êtres aux pouvoir si étrange. C’est alors que j’ai entendu le nom d’un certain Shaolan qui, lors de son travail de fin d’année à l’université de Tokyo, avait présenté comme sujet « L’ADN des mutants ». J’ai fait des recherche sur ce jeune homme et j’ai apprit qu’a son jeune âge, il avait demeuré à Londres, au sein de l’ancien cabinet du Docteur Farrimbald, et qu’à cette époque, de magnifiques ailes se présentait sur son dos… »

« Ce temps fait partie du passé… J’aimerait l’oublié. Puis je savoir quel sera le but de ma présence au sein de votre université Monsieur. »

« Ce n’est pas bien compliqué à vrai dire. Je veux que vous mettez à bien votre projet de fin d’étude. Ce mutant que nous avons réussi à avoir en notre possession, sera à votre entière disposition pour votre travail. Tout cela se fera dans la parfaite discrétion bien entendu… Alors ? ».

Shaolan accepta ce poste. Ainsi, durant plusieurs mois, dans les sous sol de l’université d’Oxford, le jeune mutant mettait à bien son projet universitaire. Malheureusement, lors de la partie pratique qui devait se faire sur le corps même du mutant prisonnier, un étrange événement se produisit… Minuit sonna. Shaolan avait terminé de placé les différents outils qu’il aurait besoins durant l’expérience et s’apprêtait enfin à extraire le fameux ADN du jeune mutant tout en essayant de ne pas écouté les cris de rage de ce dernier. S’approchant pour enfoncer l’aiguille au niveau de la clavicule de son patient, ce dernier parvint à arraché les lien de sa main droite avant d’étrangler Shaolan. Au moment précis ou le prisonnier toucha la peau blanche du jeune scientifique, diverses événement de son passé surgit soudain dans sa mémoire : son père se faisant tabassé par la police, le corps inerte du jeune adolescent qu’il avait projeté à l’aide de son esprit sur le capot d’une voiture… puis plus rien. Lorsque Shaolan rouvrit les yeux, il vit que le jeune mutant était mort, son radius enfoncer dans le corps du mutant… Prit par la stupeur, Shaolan s’éloigna du corps inerte de sa victime, regardant sa main, au niveau de laquelle son os se remettait à sa place.

Jusqu’au matin, Shaolan essayait de comprendre ce qui s’était passé, la raison pour laquelle ces anciens souvenir, qu’il avait essayé d’oublié durant toute ces années, étaient revenu lui hanté lorsque son cobaye l’avait touché. Essayant de ne pas se laisser prendre par la panique, le jeune mutant décida d’analyser son propre ADN… Ce dernier lui révéla que son corps fabriquait une sorte de globules, lié étrangement au propriété des os. Ayant réalisé un terrible échec avec son patient, Shaolan proposa au directeur de fournir des informations sur les mutant à l’aide de son propre corps. Ainsi, durant deux ans, Shaolan poursuivit ses recherches, n’hésitant pas quelque fois à se torturer pour pouvoir comprendre les mystères de cette différences. Ses recherches lui enseigna qu’il avait la faculté de contrôlé ses propre os et que c’était cet étrange globule au propriété osseux qui lui permettait de les allongés et de les modelé comme bon lui semblait. Shaolan se concentra également sur le phénomène qui s’était produit avec le mutant cobaye et avait conclu, suite à l’analyse des pores de sa peau, qu’il avait la faculté de copié les pouvoirs des siens mais cela impliquait, comme il en avait fait l’expérience, de laissé une grande porte ouverte au niveau de son psychisme…

Néanmoins, toutes ces expériences ne tournait qu’autour de lui. Les différents rapport qu’il avait réalisé au directeur d’Oxford ne présentait que des schémas d’explication sur ses propres pouvoir mais rien ne permettait de connaître l’origine des mutants…

Chapitre V : Tnatum


Cela faisait maintenant deux ans que Shaolan travaillait en secret dans les sous sol de l’université d’Oxford. Ses recherches l’amena à contrôlé à la perfection la plupart de ses pouvoirs mais cela n’était pas ce qu’attendait le directeur de l’établissement. Le jour du 25 janvier, alors que tout les étudiant se dirigeaient à la cafétéria pour pouvoir profiter de leur temps de midi. Les couloir désert laissèrent cependant entendre des bruit de pats en direction du bureau du directeur. Deux hommes, en smoking, accompagnait un jeune homme au visage fin, possédant des oreilles d’elfes et des yeux aussi jaune que l’or. Arrivé devant la prote en chaîne sur lequel un écriteaux indiquait « directeur », l’un des hommes frappa à la porte avant de laisser entré seul Shaolan. Assis derrière son bureau, le directeur Richard avait une triste mine, mélangeant l’énervement et l’impatience. Le jeune mutant fixait son patron avec fierté, ne baissant pas les yeux, attendant que cet homme au cheveux noir parfaitement coiffé prenne la parole et lui annonce la raison d’être dans son bureau. Après quelques instant, le directeur prit enfin la parole pour enclenché un rapide dialogue.

« Votre travail ne me convient pas, Shaolan. Je m’attendais à mieux de vous… Tout ces rapports, ces fiches, il ne parle que de vous, de votre sang, de vos facultés… Bref de tout, sauf les éléments qui m’aiderait à comprendre votre foutue espèce ».

Shaolan fixa cet être qu’il estimait tellement stupide pour ne pas avoir compris le fin mot de l’histoire. Dans un souffle d’exaspération, le jeune scientifique prit la parole en prenant un ton calme.

« Monsieur le directeur, vous ne comprenez donc rien. Moi seul je ne saurait jamais vous donné ce que vous me demandé. Et ce, pour la simple et bonne raison parce que je suis moi… Je suis un mutant parmi d’autre mutant qui possède d’autre information génétique que les mien. Si vous voulez obtenir ce que vous désirez, il faudrait me donné les mutants du monde entier pour que je puisse vous donnez leur origine… »

Le directeur fixait de ses yeux marron le jeune mutant qui se dressait devant lui, avec une rage bien visible qui s’affichait sur son visage. Jamais il ne pourrait capturer tout les mutants du monde entier… Tout cet argent qu’il avait investit pour mieux connaître ces êtres dégoûtant ne l’avait mener à rien. Alors que l’homme était sur le point de rentré dans une colère noir, des coups frappèrent à la porte avant que cette dernière ne s’ouvre. L’homme qui se présenta devant l’entre était un jeune homme au teint pâle, au regard vide, doté de cheveux noir jet et qui portait un costume noir accompagné d’une chemise blanchâtre. Ce dernier s’approcha du bureau du directeur sans faire attention à Shaolan et ne tarda pas à prendre la parole. « Bonjour monsieur le directeur, je me présente Arthur Kingsley, gardien de l’établissement Tnatum. Je suis ici présent pour conduire le scientifique Shaolan Farrimbald jusqu’à notre établissement, si ce dernier l’accepte bien entendu. » Bondissant de son fauteuil, le directeur se mit à hurler « JAMAIS JE NE… » mais avant qu’il ne termine la fin de sa phrase, le dénommé Arthur avait tiré une balle entre les deux yeux du pauvre homme, à l’aide d’un OPERATOR sortit de la poche intérieur de son costume avant de lâché « Je savais que vous n’accepteriez pas ». Toujours ignorant le jeune Shaolan qui était paralysé par la rapidité avec laquelle les chose s’était produit, le dénommé Arthur ouvrit un des tiroirs du bureau et prit un gros dossier sur lequel était écrit à l’indélébile « Recherche de SHAOLAN FARRIMBALD ». A ce moment, le jeune mutant fit ressortir de ses mains ses deux radius qui prirent immédiatement l’apparence de deux sabre tranchant avant de pointé son arme au niveau de la gorge de l’homme. Ordonnant de lâcher les documents qu’il avait en main, Shaolan vit, à la place, l’homme sortir une lettre de sa poche intérieur de son costard avant de la tendre à ce dernier. Faisant disparaître les sabres osseux, le jeune scientifique ouvrit l’enveloppe avant de lire sont contenu.

Tnatum

Cher monsieur Farrimbald,
Notre centre de recherche à absolument besoins de scientifique au sein de notre établissement et c’est pour cette raison que nous vous écrivons à l’instant présent. Tnatum est une société secrète qui analyse de nombreux types de mutants afin de les connaître au maximum. Votre rôle au sein de notre société sera de nous aidé dans cette recherche du savoir en vous offrant tout le matériel dont vous aurez besoins. Nous disposons des salles de laboratoire les plus performantes qui soit ainsi que l’équipement nécessaire pour que le mutant objet de l’expérience ne puisse vous importuné durant son examen. Des gardiens seront également constamment présent afin de vous éviter toute agression qui soit sur votre personne. Nous espérons que ces arguments vont ferons accepté ce poste.

Au sein de cette lettre, je voulais également vous rendre une explication. Mon collègue, Arthur Kingsley, a prit le dossier que vous avez réalisé au sein d’Oxford afin de ne laissé aucune trace de vous. Il vous sera remit dès votre arrivé à Tnatum.

Bien à vous,

Train Heartnet,
Co-directeur.


Après avoir terminé sa lecture, le jeune Shaolan posa une nouvelle fois son regard sur le dénommé Arthur Kingsley. Ce dernier ne tarda pas à troubler le silence en lui demandant si cette proposition l’intéressait. Le jeune mutant réfléchit quelque instant, jamais il n’avait entendu parlé d’un tel organisme et se demandait si tout cela n’était pas un canular. Néanmoins, il fut très vite ramené à la réalité lorsque son regard croisa le corps inerte du directeur. Relisant une nouvelle fois la lettre, le jeune accepta la proposition. Après tout, il n’avait rien à perdre. Mais lorsqu’il releva la tête du papier blanc, une horrible douleur se fit sentir au niveau de sa nuque avant d’être plongé dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)   Sam 29 Aoû - 23:25

[]Autre : Shaolan a toujours renier son origine de mutant et utilise rarement ses pouvoirs afin de ne pas trahir ce qu'il croit dur comme fer. Pour terminer, le jeune homme transporte généralement un ordinateur portable danslequelle il répertorie ses différente recherche et expérience réalisé.
[]Etes vous déjà sur le forum ? Non
[][b]Comment avez vous connu le forum ?
Grâce à Google, lors d'une recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Akim Khoren

avatar

Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 28
Date d'inscription : 07/06/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): B
Métier (membre du personnel seulement): /

MessageSujet: Re: Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)   Dim 30 Aoû - 21:32

Validé, bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shaolan Farrimbald (A voir avec Elizabeth)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Orks de Barbarie. (Rien à voir avec Santa Barbarie)
» RP avec le pigeon o/
» Une requête vraiment spéciale (rien à voir avec le forum ^^) [Traitée]
» Des retrouvailles surprises ? avec Elizabeth Tudor
» Rien, mais rien à voir avec le JDR, les gars : ma boutique !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tnatum :: Administration :: Les fiches de présentation :: Fiches des membres du personnel-
Sauter vers: