Tnatum

.::Mutants, voici votre Enfer::.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Premiers pas vers l'inconnu...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Premiers pas vers l'inconnu...   Dim 23 Aoû - 11:23

Lorsque Mary avait ouvert les yeux, le soleil avait disparut. Seule la lumière blafarde d’une ampoule dénudée venait illuminer l’endroit où on l’avait conduite. C’était une pièce blanche, matelassée au plafond, elle ne faisait sans doute pas plus de cinq ou six mètres carrés. Pas de fenêtres ou de meubles, rien, juste le vide et un silence des plus pesants. Le seul lien vers l’extérieur était une porte qu’on avait pris soin de refermer en lui disant d’attendre là, qu’on viendrait la chercher dans peu de temps. Elle regardait les murs, comme pour en détailler chaque recoin. Elle cherchait une faille, un micro, quelque chose qui n’aurait pas été laissé au hasard mais il n’y avait rien, rien que cette chambre de fou sur fond blanc. Elle s’adossa à un mur, face à la porte. Ses yeux étaient dénués de toute expression, fixant la poignée, attendant l’issue de son emprisonnement. Qu’allait-il se passer ? Pourquoi l’avait-on conduite là dans une voie sans issue ? Est-ce qu’on cherchait à lui faire peur ? A la faire parler ? Mary attendait des réponses, des réponses claires qui dissiperaient toutes ses questions. La jeune femme se doutait bien qu’on ne l’avait pas enfermée là par hasard et que chaque non meubles de la pièce avait été choisis avec minutie par un esprit sans doute tordu ou du moins étrange. Mais en réalité, la seule vrai question inquiétante c’était comment elle avait pu arriver là ? Elle essaya alors de se souvenir, de fouiller sa mémoire où les images s’alignaient avec peine. Elle se rappelait vaguement de deux grands types bizarres qui l’avaient embarquée sans qu’elle est vraiment eu le choix. Elle regarda son bras où sa manche avait été légèrement déchirée. Un trou ornait désormais celui-ci et il ne lui fallut pas longtemps pour remettre l’histoire dans le bon sens. On l’avait droguée ou du moins on lui avait administré un traitement de choc pour qu’elle la boucle le temps d’arriver. Elle comprenait un peu mieux sa sensation de jambes en coton et son mal de crâne. Au moins maintenant elle savait à qui elle avait à faire et on n’était loin de l’opération charité du quartier … Lorsque l’on vit dans la peur des autres on finit souvent par oublier les siennes. et en cet instant elle n'avait pas peur, seulement une certaine appréhension entremêlée de méfiant quand à ce qui allait arrivé. Et soudain, un bruit ricocha en écho sur les murs extérieurs de la pièce, d’abord assez lointain mais qui semblait se rapprocher rapidement. C’était un bruit de pas. Le bruit stoppa net à quelques centimètres de la porte et celle-ci émit un nouveau cliquetis. Cette fois, l’heure de vérité avait bel et bien sonné…
Revenir en haut Aller en bas
Mea / Merona Kyotyo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Sur MSN quand il laggue pas ^^
Date d'inscription : 30/07/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Co-directrice / Aucun.

MessageSujet: Re: Premiers pas vers l'inconnu...   Mer 26 Aoû - 17:35

[CE RP SERA FAIT AVEC LE PERSONNAGE DE MÉA]

[Je précise avant le rp que toutes les insultes contenues dans cette réponse à l’égard d’Elizabeth ne sont pas mes propres pensées ^^]


La porte du bureau s’était ouverte. Avec une nonchalance hors du commun, l’un des membres du personnel, qui se chargeait de transmettre les dossiers des mutants nouvellement arrivés depuis les traqueurs jusqu’à la personne désignée pour les accueillir, débarqua dans l’un des bureaux de la direction. Non pas n’importe quel bureau de personnel. Certes, ce n’était pas celui du Directeur de l’établissement, ni même celui du charmant co-directeur Heartnet, mais il n’en restait pas moins que cette personne était très puissante dans l’établissement, voir même très dangereuse. Pourtant, le messager n’avait, semble-t-il, aucunement peur de ce sur quoi il allait tomber. Quoi qu’évidemment, peu de personnes semblaient au courant du nouveau poste de la mutante du secteur A au sein de l’établissement. Rien de très loufoque et dangereux comme cette saleté d’Elizabeth Morrisson. Non, c’était cent fois mieux. La jeune enchanteresse s’était fait proposer un poste de co-directrice de l’endroit, poste qu’elle avait aussitôt accepté de la part de son charmant Train Heartnet…

Pour l’occasion, l’on avait donné à la jeune femme le second bureau de co-directeur. Bureau qu’elle n’utilisait que très rarement puisqu’elle avait horreur de se sentir confiné dans un espace clos, quel qu’il soit. Mais aujourd’hui, elle s’y était trouvée, par l’on ne sait quel miracle. M’enfin, ayant un post de direction, la jeune femme avait fait en sorte que les accueils des nouveaux mutants soient, petit à petit, retiré de l’horaire que la blondasse qui lui avait fait tellement perdre de son temps. De cette manière, qu’importe ce qui arriverait, elle n’aurait plus rien pour se changer les idées si, par malheur, elle venait qu’à perdre son « tendre » Nero. Et puis, les mutants qui étaient accueillis par cette poufiasse étaient, disons-le, beaucoup trop confiant dans cet établissement, ce qui les rendait impossibles à contrôler, semble-t-il. Donc, trop dangereux pour subir les opérations auxquelles ils étaient destinés.

Ce fut donc avec nonchalance, mais avec stupidité, que le messager apportait le dossier de la mutante à l’accueil à la jeune femme. Celle-ci, n’aimant particulièrement pas être dérangée, lui ordonna aussitôt de déguerpir, sous peine de le faire décapiter par les pires bourreaux du laboratoire. N’ayant pas l’apparence de la personne qui semble toujours dire des stupidités, le messager s’enfuit presque aussitôt après avoir laissé tomber le dossier au sol. Dossier que la jeune femme n’alla ramasser qu’après s’être un peu plus calmée. Elle le feuilleta un peu avant de soupirer, allant ramasser la clé qui déverrouillait la porte de l’accueil pour sortir de son bureau et s’y diriger.

Arrivant tout près de l’endroit où elle se dirigeait, la jeune femme aperçu l’un des surveillant de l’établissement qui s’amenait vers elle. Il semblait bien heureux de la voir si près de lui, alors qu’elle-même désespérait. Elle lui remit la clé de l’accueil avant de le laisser lui ouvrir la porte. De là les bruits de pas, puisque, bien entendue, l’enchanteresse n’en produisait aucun lorsqu’elle marchait. Seuls les bruits que produisaient sa robe n’étaient perceptibles à l’oreille humaine. Et encore fallait-il bien tendre l’oreille pour les entendre.

Renvoyant d’un geste de la main l’incompétent qui lui avait été si serviable, la jeune femme entra dans la pièce tout en refermant la porte derrière elle. Devant elle se tenait la plus misérable des créatures. Une mutante. Jamais rien n’avait été aussi vulgaire à l’oreille de la jeune femme. Dans son monde, jamais personne n’aurait fait allusion à ses monstres hybrides créés par de simples magiciens en herbe qui aurait fait le croisement entre deux créatures totalement incompatibles. Non, l’on leur aurait plutôt attribué le terme de mages ou enchanteurs. Alors que ce terme était strictement réservé aux créatures célestes placées sur terre par les dieux du panthéon. Ce qui était, pour la co-directrice, un manque négligeable de respect envers leurs maîtres suprêmes. Alors que leurs pouvoirs étaient ce qu’il y avait de plus médiocre en ce monde…

Fixant froidement la jeune arrivante, la jeune femme s’approcha légèrement avant de lancer sur un ton tout aussi froid que son regard rosé :

« Alors voilà la misérable pourriture qui arrive ici régulièrement… Pff… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Premiers pas vers l'inconnu...   Mer 26 Aoû - 21:54

La porte s'entrouvrit pour laisser entrer une jeune femme avant de se refermer, à peine le temps qu'un courant d'air se glisse dans la pièce. Mary la détailla rapidement, histoire de se souvenir de sa première rencontre dans ce lieu des plus sordides. On aurait dit une sorte de créature de conte de fée, un peu du genre "marraine la bonne fée" surtout à cause de la robe qu'elle portait quoique son collier ait aussi quelque chose de très mystérieux. Elle était tout en nuance de brun et de rose, avec une sorte de tatouage rosée au niveau de l'œil sur lequel se suspendait comme par magie une plume de la même couleur. Mais comme le dit un bon vieux proverbe, il ne faut pas se fier aux apparences et en ce qui concernait cette femme là, c'était sans doute vrai. Son regard était froid, glacial serait plus approprié. C'était le genre de regard détestable que personne n'aime croiser, celui qui vous transperce d'un battement de cils. En un instant, on basculait du conte de fée au pire des cauchemars et apparemment ça ne faisait que commencer.

Mary vit les lèvres de la jeune femme se pincer pour lui dire une petite phrase grinçante, qui avait fait autant d'effet d'un tir de mitraillette. Elle eut presque l'impression d'être la dernière pièce d'un peloton d'exécution géant. Pourtant la jeune mutante n'était pas du genre à se laisser démonter par ce genre de petits pics qu'on aimait bien envoyé aux gens de son espèce. Surtout que dans la situation présente, elle n'était surement pas en état de force. La nouvelle arrivante avait une longueur d'avance sur elle, elle connaissait l'endroit et elle savait aussi qu'elle était une mutante ce qui signifiait qu'elle connaissait aussi ses pouvoirs. Néanmoins sa courte phrase lui avait appris une chose, des mutants arrivaient fréquemment par ici. Au moins, elle savait qu'elle n'était pas la seule "misérable pourriture" du coin.


"Oui je crois être ce genre de "pourriture" en question bien que je préfère qu'on m'appelle Mary. Vous avez l'air tout aussi heureuse que moi de vous trouvez dans cet endroit où il y a peine assez de place pour respirer, alors je suppose que je n'ai le droit qu'à une seule question avant d'enfin entrer dans votre euh ... Pensionnat ? Prison ? Enfin aucune importance. Voici ma question, pourquoi ?"

Mary n'avait pas haussé la voix et c'est tout juste si elle l'avait regardée en lui adressant sa question. Elle n'était pas vraiment blessée par ce genre de propos, ça lui inspirait plutôt une certaine pitié. Elle se disait que cette jeune femme là avait dû rester bien longtemps dans cet endroit pour devenir si aigrie. Elle lui faisait vaguement penser à une sorte d'aristocrate révoltée à l'idée de se taper le sale boulot, celui d'accueillir les nouvelles recrues. D'ailleurs, Mary imaginait combien certaines personnes devaient se sentir perdues et seules en arrivant dans cet endroit. Pour sa part, la jeune mutante allait plutôt bien mais elle peinait à imaginer une claustrophobe tenir debout là dedans plus de deux minutes. Mary n'aimait pas spécialement le fait d'être une mutante et ne considérait en aucun cas ses pouvoirs comme des "dons" mais plutôt comme une malédiction. Dès que vous êtes porteur de celle-ci vous êtes automatiquement différent, et être différent c'est inspirer la peur chez les autres et le rejet. C'était ça cet endroit, un lieu d'isolement pour ceux que l'on considère comme des déchets de la société ? Un camp, du genre de ceux de la guerre de 39 ou l'on vous extermine au bon vouloir des dirigeants ? En cet instant c'était ce genre d'idée qui germait peu à peu dans la tête de Mary. Cette salle, cette mise en scène tout était là pour y ressembler en tout cas.

Mary sortit un peu de ses pensées car elle attendait une réponse. Elle releva les yeux sur cette femme qui se montrait si dure et ferme avec elle. Elle était toujours placée près de la porte près de ce mystérieux cadran à trois boutons. La mutante elle n'avait pas bougé, elle se trouvait toujours contre le mur, face à elle, ses cheveux retombant légèrement sur son œil droit. L'heure était-elle enfin à la révélation ou son hôte la laisserait-elle dans ses questionnements en se contentant de la plonger au cœur de son nouvel environnement ...?
Revenir en haut Aller en bas
Mea / Merona Kyotyo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Sur MSN quand il laggue pas ^^
Date d'inscription : 30/07/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Co-directrice / Aucun.

MessageSujet: Re: Premiers pas vers l'inconnu...   Ven 28 Aoû - 0:03

La pièce était encore plus misérable que la première que l’enchanteresse avait connue, celle du premier Tnatum. Le premier endroit où elle avait ainsi connu cette misérable petite pétasse de Morrisson. Si elle n’avait pas été là, à accueillir cet incompétent fini de petit prince à la noix, la jeune femme n’aurait jamais eu tant de difficulté à retrouver cet infâme individu qui servait de roi dans son monde. Et jamais, au grand jamais, elle n’aurait eu à faire un « accueil » aussi lamentable que cela. Elle n’avait aucun pouvoir qui aurait pu lui servir pour torturer cette gamine, certes, mais elle pouvait toujours se servir des gaillards derrière la porte, qui avaient accouru suite à son arrivée, pour ainsi les utiliser comme bon lui semblait. Elle avait horreur de se faire déranger, même si elle n’était en train de ne rien faire. Cette gamine aurait sans doute payé pour l’infâme individu qui était venu la déranger dans son bureau…

Justement, la gamine. Elle n’avait rien d’une mutante qui aurait eu un tant soi peu de fierté. Des cheveux trop longs qui lui cachait la moitié de la figure, dont l’un des deux globes qui lui servaient à voir, non pas à ne rien voir. Aucun bijou n’ornait ses oreilles, son cou, ni même sa tête, à la limite. Quoi de plus vulgaire? Une gamine de son âge en plus! Il fallait bien dire que, pour la jeune femme, de posséder quelques bijou montrait déjà plus de savoir-vivre, de culture… De ne point en avoir, c’était une sorte de manque d’éducation. Qu’importe, une personne bien éduquée a sûrement compris depuis bien longtemps que l’apparence est souvent un moyen de communication, un certain reflet de sa personnalité. Du moins, c’était ce que le collier de l’enchanteresse représentait. Sa parenté divine ainsi que son rang social au-dessus de tous…

La gamine avait eu l’audace de lui parler, comme si elle ne saisissait pas l’importance de ses actes. Jamais Méa ne tolérait un manque aussi flagrant de politesse à son égard!

« Je ne crois pas, demoiselle, que vous ayez saisi l’importance de votre arrivée ici…, fit-elle, sèchement. Vous n’êtes ni dans un pensionnat, ni même dans une prison. Vous êtes dans un laboratoire. Qu’importe pourquoi ces impotents de traqueurs vous ont amenés ici, il est certain que vous y resterez jusqu’à votre dernier soupir. Je me fiche éperdument de votre nom, vous n’êtes qu’un simple rat de laboratoire pour moi. Un vulgaire jouet qui finira tôt où tard à la morgue.

« Vous êtes nouvelle que vous ne savez rien de moi. Je suis ici en tant que Co-Directrice de cet endroit qui est votre nouvelle demeure. Je me fiche que vous soyez heureuse ou non d’être ici, mais pour ce qui est de moi, c’est une chose qui ne vous concernera jamais. »


L’enchanteresse termina sa phrase qu’elle en rit presque. D’un rire qui aurait pu aisément passé pour un rire de joie et amusé.

« Pourquoi? Pourquoi être ici? Pourquoi être allé vous cherchez? Ne croyez pas que l’on vous a choisi spécifiquement. Personne ici n’est une sorte d’élu pour arriver ici. Vous n’êtes simplement qu’un danger pour la société, aussi basique qu’elle peut l’être. Le monde dans lequel vous avez vécu n’est en aucun cas celui que l’on aurait dû vous attribuer. Et encore! Aucun endroit n’aurait été mieux pour vous que d’achever votre vie dès la naissance! Maintenant, qu’importe qui vous étiez, vous n’êtes que de simples cobayes pour nos expériences. Celles qui peuvent vous rendent la vie un tant soi peu meilleurs, si vous êtes chanceuse, jeune fille. Ou, celles qui, généralement, vous pourrie encore et toujours la vie jusqu’à vous l’arracher totalement. »

Fixant toujours la jeune Mary Hook, comme c’était ainsi inscrit dans son dossier, la jeune femme ricana intérieurement. Jamais cette blondasse écervelée n’aurait dit les choses de cette manière. Était-ce pour cette raison que les nouveaux arrivants étaient aussi confiants de vivre ici? Aussi naïfs et insolents? Sans doute, mais dès maintenant, tout cela changera, pour le mieux de Tnatum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Premiers pas vers l'inconnu...   Ven 28 Aoû - 14:51

Mary la regarda pincer les lèvres une nouvelle fois pour lui adresser une autre de ses tirades cinglantes. Elle ne pouvait pas comprendre ce plaisir que trouvait la jeune femme à chercher au fond d'elle-même les mots qu'elle savait les plus blessants. Mais au delà de cela, la vérité sur cet endroit fut enfin révélée. Et c'était bien pire que ce qu'aurait pu imaginer Mary. Pire que les camps hitlériens, vous pensiez cela impossible et pourtant on l'avait fait. Ici on ne se contentait pas seulement de vous infliger la mort, vous deviez en plus d'offrir malgré vous votre vie sur un plateau, servir de distraction pour scientifiques en mal de renouvellement médical. Quoi de plus jouissif pour un médecin que d'étudiez un corps anormal et d'en déceler les mystères.

Mary apprit également que la jeune femme était la co-directrice de l'endroit ce qui ne l'étonna pas plus. Il fallait vraiment avoir une haine des plus noires envers les mutants pour pouvoir ériger ce genre de lieu. D'ailleurs le fait que la mutante finisse ses jours ici semblait amuser la jeune femme qui émit un rire, un rire sadique qui céda la place à un petit sourire de satisfaction. Mais la co-directrice ne s'arrêtait pas là, estimant sans doute ne pas avoir enfoncé son venin assez profondément dans l'esprit de la mutante. D'après la jeune femme être ici n'avait rien d'un choix précis, cet établissement cherchait juste à rassembler les mutants et à les éliminer sans aucun remord puisqu'ils n'étaient que des dangers pour la société. La co-directrice termina son discourt en parlant des expériences qui pouvaient être bénéfiques ou vous plonger un peu plus dans la douleur. Elle fixait Mary, elle avait l'air presque ravie de dénigrer aussi ouvertement celle qui se trouvait devant elle. Elle pouvait voir ces reflets rouges briller dans les yeux de la jeune femme.


- Je me demande où elle va justement cette société pour laisser ce genre d'agissement se faire ...Quels sont vos droits sur nous pour venir nous arracher à nos vies et nous conduire inévitablement à la souffrance et à la mort ? Le pouvoir n'est-ce pas, parce que ça a toujours été ainsi, le règne des puissants prêt à écraser les autres pour n'obtenir qu'une once de pouvoir en plus. On croyait l'esclavagisme révolu et bien ce qui se joue ici est bien pire encore... Mais c'est en opprimant les esprits que le pire peut se produire car tôt ou tard, l'esclave envie la liberté des maitres. C'est ce jour là qui vous fait peur, le jour où les mutants seront assez nombreux pour diriger le pays et vous faire payer toutes vos horreurs ? Quelles ont été nos fautes ? Que cherchez vous à faire, vous attribuer nos pouvoirs, en comprendre les secrets ? Vous nous faite perdre notre identité en arrivant ici, on devient un matricule, pourquoi ? Seulement parce que c'est moins horrible de crier un chiffre qu'un nom qui aurait pu appartenir à un membre de votre propre famille ? Cet endroit est un haut lieu de la déshumanisation. Vous croyez appartenir au bon côté mais vous ne valez pas plus que nous, les mutants.


Mary s'arrêta sachant parfaitement que cette dernière phrase allait déclencher les foudres de la co-directrice qui n'aimait sans doute pas se laisser marcher sur les pieds par ce qu'elle nommait la petite vermine du monde, le parasite à éliminer. Mais de toute façon, Mary savait bien que quoiqu'elle dise, la jeune femme ne changerait pas. En clair, elle aurait juste dû se taire en fixant le mur, mais bien qu'elle soit en général timide, elle n'hésitait pas à répondre à ce genre de pics sans que jamais sa voix ne change de ton. Elle se demandait ce qui pourrait bien lu arriver si la jeune femme se sentait vraiment de mauvaise humeur. Torture ? Première expérience ? Cachot ? Elle essayait d'imaginer les différentes punitions qu'un esprit comme celui là pouvait mettre à exécution. Sans doute le genre de punition à laisser ses marques.

La mutante regardait cette femme qu'elle considérait déjà comme un bourreau qui amenait chacune des personnes passées dans cette pièce à l'échafaud. Et dire qu'elle l'avait imaginé l'espace d'un instant tout droit sortie de Cendrillon ... La preuve est faite que les conte de fée sont définitivement un tas de banalités mielleuses faites pour donner des rêves et des illusions aux enfants encore naïfs. La réalité avait en fait quelque chose de très violent et de cruel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premiers pas vers l'inconnu...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premiers pas vers l'inconnu...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premiers pas vers l'Est - Cheyenne / Ashley
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tnatum :: À l'intérieur de Tnatum ~ Les sous-sols ~ :: La salle d'accueil-
Sauter vers: