Tnatum

.::Mutants, voici votre Enfer::.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mea / Merona Kyotyo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Sur MSN quand il laggue pas ^^
Date d'inscription : 30/07/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Co-directrice / Aucun.

MessageSujet: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Sam 9 Aoû - 18:51

[Le rp se fera avec Méa]

Il faisait presque nuit sur l'établissement de mutants. La température était chaude et humide à l'extérieur. Mais à l'intérieur, c'était plutôt frais, presque identiquement à un frigo. La climatisation semblait vouloir encore faire des siennes. Mais bon, tout le monde semblait être partit manger à la salle à manger en même temps. Ce devait donc être l'endroit où la température devait être plus commode. Tout le monde y était, sauf une personne. Une ombre furtive qui se promenait dans les couloirs de l'établissement alors qu'ils étaient presque désert. À l'exception des retardataires qui se mettaient à courir pour ne pas avoir à jeûner. Comme c'était pathétique. M'enfin, l'ombre avait bien mieux à faire que d'aller manger. Non, ça pouvait toujours attendre au lendemain. Mais ce qu'elle avait à faire en ce moment précis était trop important à ses yeux pour être reporté. Ça avait attendu trop longtemps pour le reporter d'une courte journée.

Passant devant une fenêtre, l'on pu facilement voir que l'ombre en question n'était nulle autre qu'une jeune femme au teint pâle. La lumière vint se refléter sur ses doux yeux rouges, renvoyant un air maléfique à qui conque oserait passer à ce moment même. Les flammes, dont ils étaient munis, lui donnait encore plus cet air ténébreux qui caractérisait tellement bien son père, le Dieu des Ténèbres: Aroldius. La jeune femme eu un léger rire sadique à cette pensé. Son père. Le seul être pour qui elle avait de l'estime. Sa mère était bien trop rattachée à son petit protégé de chevalier pour s'occuper d'elle plus que cela. Et comme son grand frère n'avait plus besoin de se fier à elle pour agir, la Déesse ne s'occupait que de ses affaires de déesse, soit de son propre nombril. Voilà l'opinion qu'avait Méa face à sa très chère petite meuman. Au moins, l'enchanteresse n'avait pas agit de la sorte envers sa fille. Contrairement à ce que tous croyait, elle ne l'avait pas totalement abandonnée à un jeune couple de Pacelan (royaume de la licorne). Même si elle y avait vécu longtemps avant de venir au château de Mora, Méa avait toujours pris le soin de venir la voir régulièrement. Même si elle tentait de le cacher à tous, elle avait beaucoup d'affection pour sa fille. C'était un peu la raison pour laquelle, durant les deux mois qu'elles avaient passé ensembles à Mora, en fuyant Tnatum, que la jeune femme n'avait pas mis ses menaces tyranniques à exécution.

Se promenant toujours dans les couloirs, Méa finit par se diriger vers le premier étage. Elle avait pris le chemin du bureau du directeur. Enfin, de l'un de ses co-directeurs. Elle avait quelques trucs à mettre au clair avec lui. Dont celui de faire équipe ensembles pour exterminer Nero. La jeune femme savait qu'elle pourrait s'attirer les foudres de sa mère en l'éliminant, mais elle s'en contrefichait. Elle aurait toujours son père pour la défendre si ça venait qu'à virer au vinaigre. Et puis, en équipe avec l'un des plus redoutables co-directeur de l'établissement, elle améliorait ses chances d'attraper son ex petit copain et de le massacrer. Il y avait aussi une autre raison de son déplacement jusqu'ici, mais elle en redoutait la réalité.

Arrivant près de la porte du bureau, Méa cogna. Et n'ayant pas du tout envie d'attendre, elle ouvrit la porte et entra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Train Heartnet

avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Age : 27
Localisation : La ou je suis...
Humeur : Masacrante!!! Ne m'approcher pas!
Date d'inscription : 03/05/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement):
Métier (membre du personnel seulement): Co-directeur

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Jeu 14 Aoû - 23:22

Papiers, papiers et encore tous ses papiers à remplir! Son cabinet était rempli de documents! Même le sol était encombré d'article! Il allait virer fou! Bordel personne ne fessait rien dans ce foutu établissement!? Fallait toujours qu'il fasse tout ici! Il avait d'autres chats à fouetter! Mais non, fallait qu'il reste confiné dans son cabinet pour finir la paperasse des autres! Il avait le goût d'aller étriper les membres du personnel et les faire souffrires comme jamais! Comme ça, les autres feront tous ça dans le temps et il n'aurait pas à faire ce qu'il fait présentement pour eux! Et, personne ne voulait s'attirer les foudres de cet important et cruel personnage. Ils savaient ce qui arrivait à ceux qui avaient osé le contredire…C'était pire que la mort croyez-moi!

Les rideaux noirs étaient tiré pour ne pas laisser la lumière du jour pénétrer son antre. Les lumières artificielles étaient eux aussi fermer. Les murs étaient peints en noir comme tout le reste des meubles. Une silhouette à peine plus sombre était pencher vers une autre ombre qui n'était nul autre son bureau. On n'y voyait rien dans cette pièce! C'était le noir le plus compact. Mais une chose trahissait dans ce tableau et qui prouvait qu'il y avait un être vivant dans cette pièce; Une paire de yeux. Prunelles qui brillaient dans la nuit, comme ceux des chats. Mais cette paire de yeux étaient des yeux de chat mais qui appartenait à un homme. Prunelles d'un orange éclatant, machiavélique, cruel, sans pitié. Pupilles qui étaient deux fentes…

Ce regard si unique ne pouvait appartenir qu'a une seule personne. Personne que tous le monde craint comme de la peste. Quelqu'un que personnes ne voulaient croiser. Cette ombre n'était nul autre qu'un des co-directeurs de l'établissement Tnatum. Et ce même co-directeur était énerver et en colère. Soudain, il ce leva et les yeux brillant dans cette noirceur alla vers les rideaux qu'il tira un peu. Tien la nuit tombait… Sur le rideau on voyait cette main aux griffes acérés mais on ne pouvait point voir le reste du corps de l'homme. Il laissa tombé le rideau et les prunelles retournèrent où elles étaient depuis de nombreuses heures et même depuis quelques jours...

Soudain, une tache blanche apparut dans ce décor. Tache qui émit un miaulement. Une autre paire de yeux apparut mais qui était dans la tache blanche. C'était aussi des yeux de chat mais de couleur vert. Mais ces yeux appartenait bien à un chat. Chat qu'était la tache blanche et que le miaulement appartenait. Cette même main griffu alla caresser la tête du chat qui se mis à ronronner. Subitement, un plateau de nourriture apparut en face du chat blanc. Le regard oranger regardait sans expression le plateau puis se remis à fixer son chat. Chat qui se mis à parler…


-Maître… Vous devez manger… Vous n'avez rien mangé depuis le début de la journée et même que vous n'avez pas mangé depuis hier… Maître, svp prenez une pause pour vous nourrir… Un estomac plein fais mieux réfléchir qu'un estomac vide…

-Shiro…


L'homme soupira tous en secouant la tête mais ne lui répondit pas. Son chat avait raison, il ne pouvait pas le contredire. Et seul le chat pouvait le contredire sans s'attirer sa colère. Même le directeur pouvait pas le contredire… Le directeur pouvait bien lui donner des ordres mais le co-directeur n'en fessait qu'a sa tête même si au final il a fait ce qu'il devait faire mais jamais de la façon que le directeur voulait et rarement dans le temps donné. Bref, pour faire plaisir, il se mit à manger silencieusement sous le regard bienveillant du félin dénommé Shiro. Quand il eut fini ce qu'il y avait sur le plateau, celui-ci disparut pour en apparaître un autre. L'homme mangea aussi ce qu'il y avait sur ce plateau là. Quand il eut fini, bah le plateau disparut pour laissé place à une… tasse de café!

Shiro alla dans un coin de la pièce et s'y roula en boule pour dormir. Tache de lumière parmi tant d'obscurité. Le co-directeur se remis à ses paperasses mais quelques temps plus tard, on cogna à la porte. Il poussa un grognement et quand il vint pour dire de dégager, la porte s'ouvrit. Il fixa cette femme, la voyant très bien malgré cette noirceur opaques. Tien tien, quelle ne fut pas sa surprise quand il reconnut cette pétasse. Il claqua des doigts et la porte se referma dans un claquement, enfermant lui et elle dans la pièce.

Il claqua de nouveau des doigts et tous les papiers, documents vint faire des pilles sur le bureau, cachant ainsi son regard brillant dans le noir. L'autre ne pouvait plus le voir et le co-directeur pouvait se promener dans la pièce sans qu'elle le sache. Une petite lumière apparut au-dessus d'une chaise qui était face au bureau. Quand elle fut assise, la lumière disparut.


-Que me vaut cette visite petite pétasse de mutante? Et je vous conseil de rester bien sagement assit…

Quel ton froid et malpoli! L'homme n'avait pas salué, rien. De plus le ton utilisé était rempli de mépris, de dégoût, distant, froid, et autres… enfin tout était négatif dans sa voix. Montrant ainsi qu'on le dérangeait et qu'il était en colère… très mécontent surtout encore plus car elle était rentrée sans permission… Elle avait mieux d'avoir une bonne raison de le déranger sinon… En plus ce n'était qu'une mutante du secteur A qui avait le cran de rentrer dans son cabinet!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net
Mea / Merona Kyotyo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Sur MSN quand il laggue pas ^^
Date d'inscription : 30/07/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Co-directrice / Aucun.

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Sam 23 Aoû - 0:00

Méa était entrée dans la pièce. Le bureau du co-directeur. Il faisait si sombre qu'elle ne pourrai se fier à ses yeux pour s'orienter tellement l'obscurité lui était épaisse. L'enchanteresse entendit un claquement de doigt non loin d'elle. Il venait de l'intérieur de la pièce… Elle sursauta en entendant la porte derrière elle claquer au même moment. Il n'y avait plus un seul filet de lumière qui aurait pu lui donner une quel conque idée de la pièce dans laquelle elle se trouvait, autre que c'était un bureau. D'où elle était, elle ne pouvait pas être certaine de l'origine de l'aura bienfaitrice qu'elle ressentait au coin de la pièce. Ça provenait de cette tâche blanche, là-bas… Elle n'eut aucune envie de s'approcher pour vérifier, déjà que sa mère était la déesse de la Lumière… Peut importe l'apparence que la lumière prenait, elle avait l'impression de s'adoucir lorsqu'elle y restait trop longtemps exposée. Ce qu'elle détestait grandement d'ailleurs. Elle préférait rester dans un endroit sombre, même si ce n'était qu'un peu. Les ténèbres, c'était tellement plus reposant que tout autre chose…
Elle entendit un autre claquement de doigt et se retourna, tout juste pour apercevoir, en une fraction de seconde, les yeux d'un chat, mais à la hauteur d'un homme. Le co-directeur… M'enfin, si ce qu'elle avait aperçu aussi mal était ses yeux et non le produit de son imagination.
Sursautant encore une fois, elle se retourna dans le vide en entendant la voix de l'homme. Son cœur s'était mis à battre un peu plus rapidement en entendant sa voix, mais elle tenta de ne pas le laisser paraître. Une légère lueur apparu et elle pu voir un fauteuil. Se doutant de ce que son interlocuteur désirait d'elle, Méa alla s'y asseoir.

« J'aurais préféré que notre cher co-directeur soit un peu plus poli envers ses visiteurs… M'enfin, je n'ai pas l'intention de m'en aller aussitôt, malgré cet accueil aussi chaleureux que vous m'avez réservé… »

Méa n'aimait pas tellement son ton malpoli et froid. M'enfin, elle l'avait dérangé, c'était certain. Elle ne resterait que le temps de lui faire son offre, sans plus ni moins. À moins que c'est plans ne soient changés, elle ne serait là que pour conclure une entente, une délicieuse entente même…

« Je venais donc pour vous faire une offre, très cher… Une offre que je doute fort bien que vous ne pourrez refuser, mon cher Heartnet… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Train Heartnet

avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Age : 27
Localisation : La ou je suis...
Humeur : Masacrante!!! Ne m'approcher pas!
Date d'inscription : 03/05/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement):
Métier (membre du personnel seulement): Co-directeur

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Mer 17 Sep - 2:55

Arg, quoi encore!? Pourquoi fallait-il que quelqu’un vienne le déranger!? En plus, cette personne rentra sans attendre sa réponse, quelle malpolie! Et pour combler tout ça, ce n’était même pas un membre du personnel. Ce n’était qu’une sale mutante du secteur A. Qu’il connaissait un peu trop bien à son goût. Il avait fait la connaissante de la mutante dans le salon de l’ancien Tnatum (celle qui a exploser) et avait commencer à s’amuser avec. Enfin…amuser dans le sens, d’annuler ses pouvoirs et de la provoquer. Oh, il aurait été bien plus loin, il l’aurait sans doute violer s’il n’y avait pas eue cette foutue explosion! Bref, revenons à maintenant si vous le voulez bien…

Grâce à ses paperasses, il fit disparaître son regard de chat. Comme ça, elle ne saura pas où il était. De plus, ses yeux perdirent sa luminance. Ainsi quand il marcherait dans la pièce elle ne pourra point déterminer ou il était. Surtout qu’elle était mieux rester bien sage et rester assit dans son siège. Et ça, c’était s’elle ne voulait pas mourir. Il la regarda fixement, restant silencieux un court moment avant de lui répliquer sur le même ton mordant et froid :


-Sachez jeune dame que j’ai le droit de parler sur le ton que je veux à mes visiteurs. Surtout si ceux-ci de un; me dérangent en plein travail, de deux si cette personne n’est qu’un rat de labo qui veux dire vous…

Le co-directeur soupira bruyamment, montrant son irritation. Il n’avait vraiment pas du tout envie de rigoler. Surtout que cette connasse ne voulait pas toute suite partir. Tss. Il serra les dents et serra les poings. Une offre? Une offre qu’il ne pourrait point refuser? Mais oui c’est ça! Si c’était pour travailler pour eux en échange de sa liberté, c’était un non immédiat. Il y avait déjà ce Samuel sais pas quoi qui travaillait pour eux. Et l’offre était ça, il l’enfermerait dans Le Carré. Poussant un feulement de colère à peine contenu, il lui répondit toute même sur un ton désinvolte :

-Ah ouais? Quelle est cette fameuse proposition que je ne pourrais point refusé? Même si ma réponse est déjà non, dite-moi…

Silencieusement, il se leva et contourna le bureau. Il alla derrière la mutante de secteur A et alla passa ses deux bras autour de son cou. Une main agripper à la nuque, les ongles légèrement enfoncés dans la peau. Approchant ses lèvres de son oreille, il murmura d’une voix sourde :

-Ne perdez pas mon temps… Je n’ai pas du tout envie de plaisanter…

(HJ: dsl merdique)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net
Mea / Merona Kyotyo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Sur MSN quand il laggue pas ^^
Date d'inscription : 30/07/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Co-directrice / Aucun.

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Mer 17 Sep - 4:09

L'enchanteresse ne voyait pas son interlocuteur. À vrai dire, elle ne voyait rien du tout. Pourquoi verrait-elle quelque chose, de toute manière? Il faisait aussi noir qu'en enfer avec de croiser le regard enflammé du Satan de tous, le fameux Aroldius, son père. M'enfin, elle ne voyait le co-directeur, mais si elle y portait bien attention, ce qui pourrait ne point fonctionner, elle pourrait tenter d'entendre le bruit de ses pas. Mieux même, elle pourrait voir un certain mouvement dans la noirceur s'il passait tout près d'elle. Elle espérait qu'il ne le fasse pas, mais tout compte fais, elle ne pouvait en rien contrôler ses faits et gestes. Elle ne pouvait que charmer un individu de sexe opposé et jouer comme elle le voulait avec ses sentiments, non pas contrôler ses moindres mouvements.

- En plein travail, je veux bien vous croire sur ce point, mais je doute fort que je sois un rat de laboratoire pour quiconque. Je suis dans ce fichu laboratoire infecte de sans-mêlés de mon plein gré. M'enfin, si l'on peut dire que pourchasser un individu qui ne mérite que la mort dans un endroit aussi… bestial peut être considéré comme étant de plein gré.

La jeune femme l'entendit soupirer. Il était aussi mécontent que cela d'avoir été dérangé? Hey bien… Elle viendra tout simplement plus souvent puisque ça ne lui enlevait point d'effet satyrique. Elle toujours cette fameuse impression qui la forçait à le considérer comme étant un ancien roi, fort, puissant, tyrannique, mais sans contredit imposant. Il l'aiderait sûrement très bien dans ses projets s'il acceptait… Ça ne serait que plus amusant de voir Nero totalement désemparé devant lui!

- Je n'ai pas envie de croupir ici plus longtemps, je ferai donc court, mon Cher. Mon offre, la voici. Je vous comprends de mépriser les êtres totalement stupides et faibles qui sont ici. Mais avant que vous ne vous en occupiez vous-même, il y en aurait un ici qu'il me faudrait. Il ne mérite simplement pas de vivre. Encore moins ici, puisqu'il y a trouver une femme avec qui il vit un "parfait bonheur". Ce qui est totalement à l'encontre de l'enfer qu'ils sont supposés subir en arrivant ici. Cet homme. Il me le faut. Mort ou vif, il y a aucune importance pour moi, tant que j'ai la preuve de sa mort à montrer à ma mère, sa "protectrice". Si ce simple mutant venait qu'à mourir, mon Père pourrait alors prendre tout le contrôle de l'univers. Le monde bienheureux que l'on connaît aujourd'hui ne serait plus que du passé dans le monde qui nous attends. Celui de l'Enfer. Mon cher Co-directeur, si vous me rendez ce service, je vous donnerai ce que vous désirez sur-le-champ. Même ma vie ne vaudrait plus rien à côté de ce que vous pourriez me demander. Mais, comme vous avez déjà dit au préalablement non, je ne vois pas pourquoi je reste ici, à savoir, peut-être un changement d'idée subit?

Tout en parlant, la jeune femme n'avait pas remarqué tout de suite les gestes du co-directeur. Il avait passé ses bras autour de son coup. Son pouls avait commencé à s'accélérer face à ce geste, faisant monter et descendre plus rapidement sa poitrine. Une de ses mains avait agrippée sa nuque, lui faisant retenir un petit cris de surprise sous l'enfoncement de ses ongles dans sa douce peau pâle. Elle sentait maintenant son souffle chaud dans son cou, ainsi que dans son oreille.

- Je… Jamais je ne vous ferai perdre votre temps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Train Heartnet

avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Age : 27
Localisation : La ou je suis...
Humeur : Masacrante!!! Ne m'approcher pas!
Date d'inscription : 03/05/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement):
Métier (membre du personnel seulement): Co-directeur

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Lun 24 Nov - 18:25

Toujours la langue bien fendu cette vipère! Qu’est-ce qu’il le retenait pour lui sauté dessus et lui faire regretter ses mots!? Rien pourtant sauf sont savoir vivre sans doute… Même son chat ne pourrait le retenir s’il décide enfin à sauté sur cette mutante insolente! Le co-directeur fit craquer ses jointures dans un bruit sonore et sec, étant de plus en plus énerver. Il prit une grande respiration pour essayer de ce calmé mais sans grand résultat. Il se mordit la lèvre inférieur piquez au vif sans raison. Il réplica d’une voix tellement sèche… :

- Tous ceux qui vivent ici sont des rats de laboratoire jeune fille. Que vous soyez ici de plein gré ou non. Vous êtes nos cobayes en permanence…

Heartnet ne releva pas le reste de la réplique la trouvant inutile et sans importance. Une des raisons dans doutes du pourquoi il soupira bruyamment. Calme respire calme respire! Arh!!! Ça n’a eue que l’effet contraire, il s’énerva un peu plus. Cracha presque ses mots en grognant comme un chat en colère. Pourtant la mutante ne s’en démonta pas et ce mit à parler de son offre. Quelque chose dans la voix de Mea le calma un p’tit peu et se mit à écouter attentivement malgré que ça réponse était un non simple et sans réplique. Bien malgré lui, son offre commençait étrangement à l’intéresser.

Ce fut une des raisons du pourquoi et du comment il se leva pour allez rejoindre cette mutante prétentieuse pour passé ses deux bras autour de son cou mais une main dans sa nuque. Les ongles légèrement enfoncé dans la peau. Il sourit quand il sentit le pouls de celle-ci s’accéléré et sourit encore plus quand elle poussa un jolie petit glapissement de surprise. Bref, après ses paroles, elle avait évidemment répliqué mais avec beaucoup moins d’assurances. Ses yeux de chats ce mirent à briller dans cette noirceur. On n’y pouvoir que voir ça. Et croyez-moi que ça ne devait pas être rassurant de voir seulement ça d’un homme qui pouvait vous tuer en une demi de seconde.


-Pour vous dire la vérité, votre offre m’intéresse à moitié. Car je ne veux pas que votre cher père Aroldius prenne le contrôle de l’univers. Charmante personne en passant mais disons qu’il a trop les idées bornées… S’il prend le contrôle, le monde serai bien triste et la terre n’aura plus son atout d’être jouitif car le mal sera partout. Quel plaisir de tuer un humain, si tout le monde fais la même chose? Si votre père prend le contrôle, la terre disparaitra… Car l’équilibre sera brisé. Et il ne faut pas… Tout ça pour dire que je suis prêt à vous aidez mais pas pour que votre père prenne le contrôle. Si c’est ce que vous voulez, oubliez moi toute suite car je ne vous aiderai pas.

Le Co-directeur enleva ses ongles de la peau puis ses bras et s’éloigna. Il s’assoie sur le bord de son bureau et la pièce devint moins sombre. Elle resta plongée dans la pénombre mais on pouvait y voir maintenant. Que ça sois chaque objet de la pièce ou Train en lichant un à un ses doigts dégoulinant de sang. Il fessait ça, tout en la fixant intensément. Un regard qui ferrait fuir toute personne normal… Mais en même temps il semblait réfléchir. Il était là mais en même temps il ne l’était pas. Un peu comme un chat. Il semblait être très calme et il l’était pour de vrai. Tout ça l’avait étrangement calmé…

-Hm… Tous ce que je désire, maintenant? Vous savez jeune fille, qu’il ne faut jamais me dire ça. Car je pourrais prendre au pied et à la lettre ce que vous avez dis… Mais vous êtes chanceuse, car je ne désire rien. Rien du tout. Et ça dans tout les sens du terme.

Un bref instant sur les traits si dur du traqueur, une grande tristesse, une grande fatigue, quelques choses de plus doux apparut sur ses traits. Pendant cet instant, il semblait qu’il aille prit un coup de vieux. Comme si tout ça le rendait las. Il semblait tourmenté par un vieux souvenir pendant ce court lap de temps. Ça se voyait dans son regard devenu légèrement orangé. Puis brusquement, tout ça disparut et il redevint comme avant. Mais maintenant, il avait un visage fermé et ne semblait plus se soucier de Mea. Qui il y avait à peine quelques minutes, voulait qu’elle dégage, qu’elle parte…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net
Mea / Merona Kyotyo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Sur MSN quand il laggue pas ^^
Date d'inscription : 30/07/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Co-directrice / Aucun.

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Sam 27 Déc - 23:23

Méa fut surprise de le voir s'approcher… M'enfin, de le sentir s'approcher d'elle. Elle avait sentie les doigts du co-directeur s'enfoncer mollement dans sa chaire dénudée et pure comme l'eau des montagnes. Des qualités vouées à la fille de déesse qu'elle était, malgré les nombreux blasphèmes qu'elle portait à leurs égards. Elle sentait la plaie ouverte, le faible mouvement incontrôlé et involontaire de l'homme qui faisait vibrer ses ongles dans la chaire meurtrie de son cou, la plaie qui laissait perler le liquide rougeâtre et âcre qu'était du sang, son sang, sur le reste de sa nuque, de son dos à demi nu... Mais elle ne disait pas mot. Elle se taisait, voir même, elle ferma les yeux. Et en profitait. Difficile à comprendre, mais elle appréciait, quelque par en elle, la présence de cet homme, si énigmatique qu'il pouvait être. Si tyrannique, furieux, fort… Si beau…

« Alors, changeons légèrement ses plans. Pourquoi ne pas prendre la vie de cet être incompétent qui se trouvait à être l'un des hommes les plus faciles à manipuler afin de vous faciliter la vie pour vos prochaines victimes? Car je vous assure que dès le moment où il connaîtra de visage vos proies, il se mettra au travers de votre route avec acharnement, quitte à y laisser sa propre vie… Et je peux vous jurer que cet homme est un vrai dément, même sans pouvoir, pour se battre. Son corps est fait pour résister, même vidé de sa force surnaturelle et de ses autres pouvoirs. Mon père vous en sera clément, même s'il ne prends aucunement le pouvoir. D'avoir des adeptes qui partage une idée comme la sienne – après tout, me serais-je trompée quelque peu sur la véritable signification de son retour au pouvoir pour vérifier si vous n'êtes pas dupe – lui feras sans doux grandement chaud au cœur, si je peux dire… »

Le jeune homme se releva ensuite, retirant les griffes de ses mains dans sa chaire pour s'éloigner. La pièce devint alors étrangement moins sombre. La jeune femme pu donc discerner ce qui l'entourait. Le jeune co-directeur était maintenant assit sur le rebord vernis de son bureau, léchant le sang, son sang, qui coulait doucement sur ses doigts d'homme celui-là même qui perlait sur sa nuque si douce et frêle. Il s'était mis à la fixer, tout comme un félin pouvait fixer sa prochaine proie sans pour autant vaciller. Il donnait alors l'impression d'être perdu au fin fond de ses songes, présent de corps, sans pour autant l'être d'esprit.

« Prendre mon offre au pied de la lettre?… »

Méa avait répété ses mots un peu pour elle-même. Elle ne voyant pas la menace qu'occasionnerait ces même paroles aux oreilles d'une personnes sensiblement censée. Malheureusement, Méa n'avait aucune peur au ventre. L'on ne pouvait pas dire de peur au cœur puisqu'elle n'en était tout simplement pas dotée. Elle arrivait trop facilement à haïr qui que ce soit pour "s'enticher" d'un autre à l'aide de son pouvoir. Telle était la tournure des choses qu'avaient prises sa relation avec son ex-petit ami, le géniteur de sa fille unique. Pff! Et lui qui devait croire que celle-ci était morte! Quel imbécile! Il y avait une raison bien spécifique à ce qu'elle soit conçue. Méa n'aurait jamais laissé cet imbécile l'approcher si tel n'avait pas été le cas.

Se relevant, la jeune enchanteresse s'approcha de l'homme. Ne se contentant pas de rester de l'autre côté du meuble, allant directement à ses côtés. Il y avait quelque chose en lui qui l'intriguait, en ce moment. Quoi, elle n'aurait su le dire. Pourquoi, encore moi. Il avait désactivé ses pouvoirs, dont celui lui permettant de lire ses pensées, mais elle n'en avait guère à faire. Elle était désormais assez près de lui pour qu'il puisse, et ce sans aucune difficulté, avoir une superbe vue sur l'intérieur de sa robe au grand décolleté. La plume rose, qui ornementait ses cheveux aux même teintes resplendissantes, flottait tel une fragrance enveloppante – et tel était le cas de celle-ci – près du visage de l'homme.

« Vous ne croyez pas réellement que vos menaces m'affecte, j'espère? Je vous croyais plus futé que cela… »

[Désolée pour le retard ^^" J'avais oublié notre rp >< Mais avec mon humeur, j'ai réussi à trouver de l'inspi' en plus! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Train Heartnet

avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Age : 27
Localisation : La ou je suis...
Humeur : Masacrante!!! Ne m'approcher pas!
Date d'inscription : 03/05/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement):
Métier (membre du personnel seulement): Co-directeur

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Mer 28 Jan - 22:00

Pourquoi diable cette femme l’attirait tant!? Même sans pouvoir cette mutante l’attirait comme un aimant. Et ça depuis la première fois qu’il l’avait vu! Même son autre lui, celui qui dormait profondément au fond de son esprit n’était pas indifférent au charme que dégageait cette déesse même si au fond, le gentil Train préférait Takashi le nouveau directeur mais ça jamais il ne se l’avouerait puisque jusqu’à la sa version gentille se croyait 100% hétéro et là… Bref, revenons à se moment présent entre le vrai Train et cette femme prénommé comment déjà? Ah oui Mea…

Le co-directeur avait enlevé ses griffes dégoulinantes de sang, méditant les paroles de l’enchanteresse. Ce qui prit un certain temps à s’encré dans l’esprit troublé du traqueur. Ce qui avait fait perdre de la noirceur à la pièce. Tout cela le laissait songeur et ne savait pas trop par quoi répondre. De ce fait il ne répondit juste pas. Il laissa cette question pour plus tard, quand il trouvera un truc à répondre. Ses doigts maintenant tout propre, il déposa sa main sur le bureau, restant dans une position décontracter, perdu dans ses pensés.

Il fixa son chat blanc, roulé en boule dans le coin le plus reculé de lui. Pourquoi Shiro refusait de lui dire ce qui était arrivé à Chibi, le chat noir? Heartnet poussa un léger soupir et vit son chat restant relevé la tête. Il croisa son regard qui n’avait soudain plus de pupilles et Train lui répondit d’un signe de la main à une question silencieuse que lui posait le félin. Il ne remarqua pas immédiatement l’approche de la mutante. Quand l’odeur de son sang mélanger à l’odeur de son doux parfum lui parvint nettement, il posa brièvement son regard sur la femme.

Quand elle parla, il réalisa brusquement qu’elle avait contourné son bureau et qu’elle se retrouva qu’à quelques centimètres de lui, il sursauta vivement, bondissant sur ses pieds à la vitesse de l’éclair et se retrouva qu’une demi-seconde plus tard aux côtés de son chat. Heartnet secoua la tête ce qui mit ses cheveux en pétard mais il les replaça d’une main rapide. Lentement il retourna près de cette femme. Bordel, elle était essayait de faire quoi cette poufiasse? D’usé de son charme naturel féminin. Une chance qu’il lui avait désactivé ses pouvoirs!


-Menace? Quelle menace vous ai-je fais? Demanda t-il en haussant un sourcil.

Il alla s’asseoir dans sa chaise confortable avant de replongé ses yeux oranger dans ceux de cette prétentieuse. À ce moment là, les plaies de celle-ci se refermèrent. Elle devait sentir la petite langue rose du chat qui lichait sa nuque, ses épaules dénudées, une partit de son dos et même les vêtements. Quand il ne resta plus une goutte de sang et que les blessures avait disparut comme s’il n’y jamais eu de plaie, le chat apparut sur le bureau du Co-directeur. Celui-ci prit Shiro dans ses bras, le serra un instant dans ses bras dans un geste tendre et affectueux, le lâcha, lui donna une dernière caresse et le félin disparut brusquement. Un mince sourire apparut sur le visage de l’homme.

-Revenons sur votre offre, voulez-vous. Ce mutant que vous voulez détruire à tout prix qui est-ce?

Avant qu’elle puisse répondre, il déposa un doigt sur le front de la jeune femme et ses yeux s’écarquillaient de stupeur. L’homme redevenu furieux. Il se releva de sa chaise abruptement et croisa les bras.

-Ne me mêler pas à vos querelles d’amourette Mea l’enchanteresse! Je refuse carrément de coopérée avec vous! Je connais votre Néron alias Nero. Cet homme sort avec Elizabeth Morisson. J’ai un très grand respect pour cette femme et cet homme! De même qu’aux enfants de cette femme. Je dois respecter mon autre moi. Elizabeth représentait pour beaucoup au Train qui vit au fond de moi. Il lui a promit des choses avant qu’il rencontre cette Lyra et elle ce Néron. Des promesses qu’il n’a pu tenir pour des raisons qui ne regardent que moi. Il regrette de ne pas les avoirs tenu et s’en veut terriblement. Et moi aussi d’ailleurs… Bref je ne peux pas vous aidez à capturer Nero et encore moins le tuer et d…

Train se tut brusquement, ne finissant même pas sa phrase et se calma aussitôt. Un autre sourire beaucoup plus démoniaque apparut sur ses lèvres. Sa conversation télépathique avec le félin blanc lui revint en mémoire. Il s’approcha d’une démarche de prédateur vers la mutante, comme s’elle était sa proie. Il se pencha légèrement vers elle, comme s’il allait l’embrasser mais il lui murmura;

-Et si vous deveniez Co-directrice? Nous recherchions quelqu’un pour remplacer Takashi. Puisque celui-ci était l’autre Co-directeur mais il est devenu Directeur suite à un malheureux accident souvenu à Fly… Je déteste les vampires et leurs manières… (Vive les sous-entendus XD) J’ai refusé la place de Directeur, laissant Takashi l’être à ma place. Je préfère être Co-directeur, nous jouissons d’une plus grande liberté et nous sommes les deuxièmes plus hauts placés de la hiérarchie de Tnatum. Mais nous avons le droit de faire tout ce qu’on veut aux mutants du secteur A et B… et bien d’autres choses aussi… Ça veux-dire vous avez un droit absolu sur eux. Donc sur Nero aussi. Vous avez le droit de le tuer, de le torturer comme bon vous semble puisque si vous devenez Co-directrice, tout vous sera permis. Et lui ne pourra rien n’y faire. Vous êtes la parfaite candidate pour ce poste. Vous avez le sang de déesse de votre mère en vous mais vous êtes démoniaque de nature de votre père. Vous serez la première femme à avoir un poste aussi haut. Vous êtes la seule qui peut réellement avoir ce poste. Ceci est une offre ma chère. Une offre donc j’ai longuement réfléchit avant de vous le demander…

Heartnet passa une main sur la joue de Mea et retourna s’asseoir derrière son bureau. Il avait reculé légèrement sa chaise. Entre lui et le bureau il pouvait y entré un autre humain. C’était comme s’il avait fait exprès de laissé cette distance entre le bureau de bois verni, comme pour l’invité elle a s’approché de lui. Si elle osait encore… Il passa ses bras derrière sa tête de façon nonchalante et se remit à la contempler sous toutes les coutures. Il l’a dévorait littéralement des yeux, attendant la réponse de la femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net
Mea / Merona Kyotyo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Sur MSN quand il laggue pas ^^
Date d'inscription : 30/07/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Co-directrice / Aucun.

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Lun 23 Fév - 5:18

« Pardonnez-moi, j’ai cru percevoir une pointe de menace dans le ton que vous avez utilisé…, fit la jeune enchanteresse, avec une moue tentatrice. »

Le Co-directeur revint et s’assit alors dans sa chaise. Méa tint son regard orangé aussi longtemps que son attention sur lui le lui permettrait. Elle sentie soudainement, comme surgit de nulle part, le lapement reconnaissable d’une langue de chat sur sa peau. Sur le coup, la jeune femme s’était retenue de tourner la tête trop rapidement pour vérifier ce que ce pouvait bien être. Méa vit ensuite le chat dans les bras de son maître, apparemment, alors que celui-ci câlinait le félin affectueusement. Il semblait plutôt doué avec les animaux, du moins, les chats. Puis, le mammifère domestique disparut. Le jeune homme avait maintenant un étrange sourire au visage.

Elle n’eut pas l’occasion de répondre à sa question que le jeune Co-directeur avait déposé un doigt sur son front. Ses yeux s’écarquillèrent et il devint furieux à nouveau. Se levant, Méa crue à une engueulade.

« Ce ne sont pas des histoires d’amourette, je vous signale. En restant vivant ici, à cette époque, ce mutant brise la quiétude du pays d’où je viens. Si cette quiétude est rompue, tous les autres royaumes du continent désireront son royaume, qui est le plus convoité de tous pour ses richesses et son atmosphère vivable. De ce fait, chaque divinité sera en action. Si cela se produit, vous pouvez être certain que mon père sera menacé plus que jamais… Même étant le dieu des ténèbres, il n’en est pas moins que contre une dizaine d’adversaires, il risque d’être terrassé… Ce qui n’est pas un bon présage, d’anéantir un dieu, puisque chacun à une place définie. Si cette place est vacante, l’équilibre brisé sera encore pire que s’il prend le pouvoir… Puisque, les mages et enchanteurs de sa création… seront anéantit eux-aussi… »

Regardant à nouveau le jeune homme, Méa se retint de toute émotion. Elle avait beau sembler mépriser tout ce qu’il y avait sur cette terre, il n’en restait pas moins qu’elle avait attaché beaucoup plus d’importance qu’elle ne croyait à cela. Ajoutant qu’elle perdrait toute forme de vie définitive comme un vulgaire jouet lancé aux ordures, elle n’oubliait pas qu’elle ne serait pas la seule à finir son existence de la sorte. Il y avait aussi son frère. Le seul être avec qui elle avait passé suffisamment de temps pour le respecter comme il se doit.

Le jeune Co-directeur avait à présent un regard plus démoniaque que jamais au visage. Il n’en perdait tout simplement pas de son charme terrible… Il s’approcha alors à nouveau vers l’enchanteresse, celle-ci tentant de garder son sang froid alors que celui-ci se réchauffait rapidement. Il était si près d’elle… Elle aurait pu faire de plein gré et en parfaite conscience d’elle-même ce qu’elle n’avait jamais fait avec un autre homme tellement il était tout près. Détournant la tête sur le côté, elle ferma les yeux, s’interdisant tout geste trop humain. C’était un homme puissant, elle le savait. Non pas qu’elle le craignait. Ce qu’elle craignait, c’était de devoir laisser libre court à ses vrais sentiments. À quoi bon se les cacher? Elle l’avait si fréquemment vu au creux des yeux de ses nombreux prétendants, elle savait pertinemment comment l’identifier. Sa voix était si agréable lorsqu’il murmurait...

Puis, après avoir parlé, le jeune homme passa une main sur sa joue. À ce simple contact, le cœur de Méa se mit à battre plus rapidement qu’à l’habitude. S’éloignant, il retourna ensuite s’asseoir sur son siège, comme si rien ne se passait d’intéressant dans les alentours. Comment faisait-il? Un vrai félin humain… Tantôt, agressif et destructeur, tantôt calme et aux aguets.

« Une offre dites-vous?, fit-elle, les yeux à demi ouverts. C’est très tentateur comme offre… N’importe qui serait fou de refuser quelque chose venant de vous… Et ce serait si… arrogant? de refuser… J’accepte donc volontiers, même si votre aide m’aurait grandement plu… »

Se décidant enfin à relever la tête, Méa le regarda. Elle sourit de voir la manière à laquelle il la regardait. L’espace entre lui et le bureau était elle aussi tentatrice… Se faufilant doucement à cet endroit, l’enchanteresse observait toujours le jeune Co-directeur, pour finalement s’asseoir légèrement de côté sur ses genoux. Par expérience, Méa savait qu’elle ne semblerait pas peser énormément sur lui. Faisant glisser une main provocante, mais tentatrice sur son torse, elle espérait au plus profond d’elle-même (quoi qu’elle ne l’avouera sans doute jamais) qu’il ne la repousserait pas furieusement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Train Heartnet

avatar

Masculin
Nombre de messages : 42
Age : 27
Localisation : La ou je suis...
Humeur : Masacrante!!! Ne m'approcher pas!
Date d'inscription : 03/05/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement):
Métier (membre du personnel seulement): Co-directeur

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Lun 22 Juin - 21:40

Bordel, cette mutante, cette simple mutante ingrate, l’attirait comme un aimant. Pourtant, il n’était pas en manque bien au contraire! Alors pourquoi Mea l’attirait ainsi!? Surtout qu’il savait que ce n’était pas ces pouvoirs qui fessaient en sorte qu’il était attiré par elle. Car quand un mutant rendrait dans son bureau, les pouvoirs s’annulaient automatiquement. Bien sur, il était le seul à part le directeur à ne pas perdre leurs pouvoirs. Bref, notre Codirecteur adoré que tout le monde vénérait (ouais mon œil XD) eue une idée de génie.

Élire l’enchanteresse Codirectrice, pour remplacer l’ancien Codirecteur qui est devenu le directeur en question. Eh puis, ainsi elle pourra faire ce qu’elle veut de Nero et ça sans qu’il lève le moindre petit doigt! En réfléchissant bien, elle est bien une des seuls pouvant avoir ce poste sans qu’elle en abuse et de plus, elle avait le profil pour. Si elle acceptait son offre, elle allait devenir la première femme à avoir un poste aussi haut au sein de Tnatum. Il lui avait caressé la joue comme si rien n’était pour retourné s’asseoir derrière son bureau.

Évidemment, il avait laissé une espace entre lui et son bureau en signe d’invitation. Il savait très bien qu’il ne laissait pas indifférente la jeune femme. Son cœur affoler en était la preuve formel. Tous deux étaient attiré l’un vers l’autre, ce n’est pas normal…non vraiment pas… Ses yeux mi-orangés mi-jaunâtres, la fixant avidement, attendant la réponse de l’enchanteresse. Ce qui ne tarda pas à venir. Il l’écouta attentivement, ayant un mince sourire victorieux sur les lèvres. Elle avait accepté son offre. Il lui répondit tout même :


-Mon aide? Je viens de vous offrir le deuxième meilleur poste de tout cet établissement. Je viens de vous aidés. Grâce à votre statut, rien ne pourra vous arrêtez. Vous avez tout le monde à vos pieds. Il suffit de claqué des doigts et votre veux sera accorder…

Il ce tut par la suite en la voyant relevé la tête pour le regarder. Quoi!? Il avait quelque chose au visage? Il la contemplait toujours de la même façon et il la vit sourire. Pourquoi souriait-elle? Ah… Il venait de comprendre quand il la vit s’approché. Il l’a laissa faire, ne la repoussant pas quand elle s’assoie légèrement de côté sur ses genoux. Elle était étonnamment légère sur ses genoux. Il reçu comme une décharge électrique dans tous son corps quand la petite main délicate passa sur son torse et y resta. Elle devait avoir ressentit son sursaut et son frissonnement à ce contact pourtant léger qui n’était même pas directement sur sa peau!

Il ne la repoussa point et même il passa ses deux bras autour de la taille de la nouvelle Codirectrice mais sans rien faire de plus, c’était comme s’il voulait l’empêcher de tomber. Il se mordit la lèvre inférieur, ce fessant violent pour ne pas l’embrasser.


Dernière édition par Train Heartnet le Mer 2 Déc - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net
Mea / Merona Kyotyo

avatar

Féminin
Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Sur MSN quand il laggue pas ^^
Date d'inscription : 30/07/2008

Identité du personnage
Pouvoirs (Seulement pour les Mutants):
Secteur (Mutants seulement): A
Métier (membre du personnel seulement): Co-directrice / Aucun.

MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   Mar 7 Juil - 21:49

La jeune enchanteresse fixait toujours son charmant interlocuteur. Certes, l’offre qu’il lui proposait à prendre le poste de co-directrice de l’établissement était tentatrice, voir même énormément tentatrice, aux yeux rouges vif de l’enchanteresse. Par contre, la jeune femme aurait largement préférée que le co-directeur actuel l’aide dans sa quête personnelle. Pourquoi? Eh bien, de cette manière, elle était largement plus libre une fois tout accomplis. En acceptant le poste ici, elle acceptait donc de rester, et ce, même après sa funèbre quête. Ce qui, en aucune condition normale, elle n’aurait eu l’idée d’accepter. Puisqu’une fois Nero dans ses filets, Elizabeth hors d’état de lui nuire et Merona qui la suivrait comme sa fille obéissante – peut-être même trop - se devait de le faire, elle n’aurait plus à rester ici. Si tout fonctionnait comme elle l’avait planifié, elle ne resterait donc pas bien longtemps dans cet endroit lugubre. Malgré tout cela, elle accepta l’offre du jeune homme, se sentant vraiment ridicule de refuser cela autrement. Elle pourrait sans doute se défouler de temps à autre, maintenant, sans craindre aucune représailles par la suite, c’était peut-être un point intéressant, quoi qu’un peu démoralisant…

« Je n’ai nullement besoin de demander quoi que ce soit, puisque les piètres et faibles mutants qui se trouvent ici accourt tous à moi afin de se montrer quelque peu inintéressant…, fit-elle, d’une voix légère, presque féline. »

Le regardant ensuite avec un faible sourire – faible? Non, un sourire satisfait de voir ce qu’elle voyait… -, elle s’approcha du jeune co-directeur, produisant à peine le faible son du froissement de sa robe à chacun de ses pas. Marchant d’une démarche toujours aussi légère et silencieuse, quoi dire de plus, une démarche calme et plus que sexy. Et oui, même sans son pouvoir de charme qui fonctionnait, elle avait déjà tout pour plaire à qui que ce soit sur cette planète. N’importe qui, homme comme femme, tournait la tête dès son approche pour en rester un long moment subjugué. Pourquoi ne le seraient-ils pas de toute manière? Et puis, pourquoi, elle, une fille de déesse, une enchanteresse, ne serait-elle pas aussi… magnifique? Quoi que le mot sonnait encore trop faible pour elle. Une demi-déesse hideuse n’aurait en aucun cas eu sa place au panthéon, même si la méchanceté de la jeune femme n’était pas vraiment un bien bel atout.

Venant se faufiler entre le bureau du très bel homme face à elle et la chaise sur laquelle il venait de prendre place, la jeune enchanteresse vint s’asseoir délicatement sur les genoux de l’homme. Prenant aussitôt la peine de laisser vagabonder l’une de ses mains douces sur le torse du jeune co-directeur. L’y faisant glisser assez lentement sur sa chemise froissée et quelque peu de travers pour finalement s’attarder afin de lisser son vêtement de sorte qu’il soit un peu plus présentable. Il était tout de même co-directeur. Même enfermé dans son bureau, il se devait tout de même d’être présentable un tant soit peu, n’est-ce pas? Quoi que ce ne fût pas l’unique prétexte que la jeune femme avait en tête. À quoi bon le renier, l’envie de caresser du bout des doigts le torse de cet homme était tout simplement irrésistible. Pourquoi donc s’en empêcher alors? Ne venait-il donc pas de sursauter? Peut-être un signe que son co-directeur préféré, le seul de l’établissement de toute manière, ne s’attendait royalement pas à une telle marque d’affection? Si c’était le cas, alors d’où sortait les jolis frissons qu’elle ressentait si bien sous sa main? Ce ne pouvait être l’air ambiant, elle n’était pas glacée à ce point…

Puis, la jeune femme sentie que le vaillant co-directeur sur lequel elle s’était assise de côté avait passé ses bras autour de sa taille. Voulait-il l’empêcher de tomber? Qu’importe la raison, le cœur de l’enchanteresse, un cœur de pierre comme plusieurs croiraient, sur ce simple geste, s’était remis à battre un peu plus rapidement, lui faisant alors monter une certaine teinte rosée sur ses joues pâles. Respirant encore plus doucement qu’à l’habitude afin de calmer cette folie – car, pour elle, l’amour était une forme de folie -, La jeune femme regarda le jeune homme droit dans ses yeux, yeux qui portaient le mélange d’un jaune orangé… Charmante couleur, enivrante tout autant que le reste de son être si masculin et… Félin. Ça en devenait presque mystérieux… Quoi que le mystère, aussi fascinant soit-il, devenait aussi une certaine forme d’attraction. Ne pas savoir à quoi s’attendre d’une personne, de ne pas connaître le moindre de ses secrets, de ne rien connaître de cette personne… Mais pourtant d’être attirée comme un aimant à cette même personne… L’enchanteresse trouvait cela exaltant, voir même troublant, ce qui la rendait fébrile à la simple idée des gestes qu’elle posait sur lui.

Continuant tout autant d’effleurer si doucement le torse de cet homme si ténébreux d’une main, la jeune femme le fixait toujours tout autant dans les yeux. Il pinçait sa lèvre inférieure entre ses dents. Étrange. Se retenait-il de faire quelque chose, alors qu’elle-même était presque pendue à son cou? Mais voyons, pourquoi ferait-il une telle chose? Il n’agissait pas comme elle l’aurait cru. Lors de leur première rencontre, tout juste avant la terrible explosion du premier établissement de mutants, il lui avait presque hurlé après, non… il LUI avait hurlé après, prêt à tout faire pour la faire souffrir, même si peu de chose aurait pu lui faire le moindre tort. Alors pourquoi se retenait-il? Et pourquoi la jeune femme s’énervait intérieurement avec si peu?? Ce n’était pas dans ses habitudes, aucunement… De venir demander de l’aide ici non plus ne faisait point parti de ses habitudes… Et d’être réellement intéressée par quelqu’un, ce n’était pas non plus dans ses plans… Tout ça ne lui semblait pas normal… Mais pourtant, rien ne l’avait jamais attirée autant que cela chez un homme… Elle était plutôt du genre à les faire souffrir en jouant avec leurs sentiments. Quoi qu’en ce moment-ci, elle n’avait aucunement envie de faire souffrir qui que ce soit…

Se relevant lentement, assez pour arriver à mieux se tourner pour être face au jeune co-directeur, l’enchanteresse fit glisser ses deux mains sur les épaules du jeune homme, l’une d’elle allant se perdre dans les cheveux sombres de celui-ci, l’autre restant sur sa nuque afin d’y glisser nombreuses caresses charnelles. Sachant tout à fait qu’elle risquait absolument tout dans le moindre de ses gestes, rendant l’aventure encore plus exaltante et alléchante, la jeune femme osa. Elle osa faire la seule chose qu’elle aurait crue impossible lors de leur première rencontre, inaccessible lors de son entrée dans ce bureau sombre et taciturne. Chose qui, faite par une quiconque personne d’autre dans cet établissement, aurait, sans l’ombre d’un petit doute, subit immédiatement la mort sous de terribles tortures qu’aurait engendrées une atroce et interminable agonie… Se pressant contre cet homme aux yeux de félin, tout en gardant ses caresses entamées, la jeune femme fit ce dont elle avait depuis longtemps rêvé, sans rien s’avouer elle-même…

Approchant son visage d’ange obscur face à celui de l’homme, elle alla, sans recul et ses yeux rouges vif clos, joindre ses lèvres à celles du co-directeur actuel...

[H.S.: Là, à ton tour de faire long xDDD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'attente d'un moment si... sadique [Train Heartnet]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Train Heartnet Silver Saint du Cerbere [ok]
» Assise dans le train
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]
» Un petit moment de réconfort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tnatum :: À l'intérieur de Tnatum ~ Le premier étage ~ :: Bureau du directeur :: Bureau du Co-directeur Train Heartnet-
Sauter vers: